BuZZlaliFe

Humour


el kif sa race la life ! (1/112 200)

La meuf à oualpé sort de son plumard en loucedé pendant que son cum pionce encore.

C'est une nana toute keusse mais qui se trouve super canon dans son miroir, (faut dire qu'elle est à moitié pouff'.)

Elle tema dans le larfeuille de son bogoss et trouve pile poil ce qu'elle cherche : la photo d'une gonzesse gravosse et cheumo à mort. en train de rouler un patin à son poucave de kaillera.

La meuf se zéref, elle se tèje sur son narvalo de cum qu'à osé l'enfumer à donfe en gueulant :"Je le savais ! Putain de ta race de merde ! Je vais te niquer la tetè, spèce de conard d'enfoiré de creuvard !  J'vais la dégommer cette radasse, Balance moi son blaze à cette raclure de bidet ! "

Et la vlà qui se met à bannaner la tronche de son jules gonflé à l'EPO.

Le gonze à moitié dans le coltard se défend en décalquant la tronche de sa barge de nana qui se gamèle les quatre fers en l'air et se met à chouiner.

Le gars est trop vénère, il gaule la photo des paluches de sa cop et vite-fait se la colle bien au chaud sous les cahuettes.

-"Ben tu sais quoi- il lui balance- j't'e calcule même plus.,j'me casse, t'es trop conne !"

Le vlà qui pécho ses fringues et se barre en laissant sa meuf dégouliner dans la turne.


Il ouvre la lourde vers la liberté et tema le ciel en se disant  : -"elle kif sa race la life ! 

(suite au prochain épisode, si il y en a un ! C'est trop dur d'écrire la banlieue)

667270__tree-life-painting-wallpaper-art-klimt-gustav-artistic-wallpapers_p.jpg

 

Photo : l'arbre de vie de Gustav Klimpt


02/02/2012
0 Poster un commentaire

Et si c'était les pokemons qui nous choisissait ?

J'ai été suivie par un Kangourex aujourd'hui !

L'ayant vu deux fois dans une arène à Chartres, j'ai supposé que des touristes Australien jouaient également en France.

je n'ai pas cherché plus loin !

Mais lorsque j'ai aperçu son ombre sur mon jeu en plein Versailles , j'ai été très surprise !

Je me suis donc jeté sur le net pour y découvrir qu'il apparaitrait dans certaines de nos grandes villes jusqu'au 21 août !

N'écoutant que mon envie pressante de les attraper tous (j'en ai 198), je suis partie en quête de cette ombre mythique en courant pour ne pas le louper !

Malheureusement, le GPS de mon téléphone portable étant capricieux, il m'a été impossible d'approcher de près le Kangourex, sans compter l'autre ombre qu'il m'a semblé être Tortank (mais sans certitude).

A regret, j'ai donc lâché prise et je suis partie en direction d'une arène ou un sulfureux Elector battait de l'aile.

Malheureusement en plein mois d'août, en plein midi, je n'espérais pas voir 20 jeunes réunis pour le vaincre et avoir une chance de l'attraper.

Je me suis donc contentée de le regarder en soupirant....

C'est au retour que j'ai croisé à nouveau la route d'un autre Kangourex !

J'ai failli marcher dessus !

La partie fut chaude ! Je n'avais plus de baie doré ! Presque plus d'hyper ball ! Il ne fallait pas que je me rate ! Je m'en serais voulu à mort !

Mais non, il s'est plutôt laissé gentiment prendre avec une baie Nanab et deux hyper balls ouf !

C'était bon !

Il a rejoint mon pokedex avec Sulfura

Et moi, toute fière, je suis repartie guillerette !

 

C'est en reprenant mes esprits que je me suis demandée, si ce pokemon là ne m'avait pas choisi finalement...

Il m'a trouvé boulevard de la Reine, mais il n'a pas pu me prendre à cause de mon GPS défectueux qui est le lien entre nos deux dimensions

Mais n'écoutant que son désir d'attraper une humaine un peu idiote et très adolescente attardée, il m'a suivi, attendant l'instant propice où le GPS reviendrait en mode de fonctionnement normal.

Puis il m'a pratiquement marché dessus pour que je le reconnaisse et en quelques balles, m'a chopé et mise en sac avec les autres infantiles de premier niveau...

 

En allant plus loin, je me suis posée La Question !

Le Web serait-il déjà devenu le maître à l'insu de notre plein gré ? 

Vais-je faire réparer mon GPS ?

 

E god priez pour nous  !

 


09/08/2017
0 Poster un commentaire

Il é tou pété l'ordinateur !

Me voici en panne technique pour cause de suicide d'ordinateur après le zieutage d'un film nommé : appartement 1303 dans sa version américaine ! (Voir la fin de l'article sur les films d'horreur pas asiatiques)images.jpg

J'ai donc inventé les "journées mémère" pour les weekends (ménage, marche au bord de l'eau, crochet) SMILEY3.jpg

Les soirées zazen pour la semaine (crochet spirituel*) SMILEY1.jpg

Ma vie est passé en mode débrayage, je prends le temps. SMILEY2.jpg

Pitié @god ! Sortez-moi de là ! smilyer4.jpgo

* : le crochet spirituel est une technique ancestrale secrète dont je ne peux révéler ni les tenants, ni les aboutissants sous peine de coma grave.....Hum hum....Vous pouvez me remercier...Vous ne savez pas ce que je vous évite !


28/08/2013
0 Poster un commentaire

Les films d'horreur bien pourris (selon Pierre)

On a tous vu au moins une fois dans notre vie un film d'horreur bien pourri. Et si vous êtes comme moi, vous êtes restés devant votre écran jusqu'après le générique de fin, à espérer scène après scène, qu'enfin quelque chose d'intéressant ou d'horrifique allait se produire. Et si vous êtes comme moi, vous avez sans doute été super déçus et frustrés d'avoir perdu votre temps devant un navet pareil. Mais si vous êtes comme moi, rien ne saurait vous retenir de regarder le prochain film d'horreur programmé, un peu comme un drogué en quête du souvenir de son premier shoot.

Analysons donc ces fameux navets et essayons de voir leurs points communs

Les comportements

Dans un film d'horreur bien pourri, il n'y a pas de comportement logique de la part des protagonistes alias, les futures victimes.

Prenons par exemple une scène dans laquelle, un bruit étrange et complètement flippant sort d'une pièce sombre et glauque, un peu comme si le réalisateur avait posté un panneau indiquant : si vous voulez mourir, entrez ici.

Une personne normalement constitué ne s'aventurerait jamais à y pénétrer, même si les seuls wc du coin se trouvaient dans cette pièce et qu'elle avait la tourista.

Mais là, non !

Dans cet exemple de film bien pourri, il ne reste plus que deux personnes sur la douzaine d'amis qui se trouvaient au préalable dans les lieux et qui ont tous péris de mort atroce et violente (gratuitement de préférence) : le plus courageux (je dirais plutôt complètement à la masse), qu'on nommera Roger (je sais c'est pas terrible comme prénom, mais je fais ce que je veux , c'est moi qui écris) et le plus peureux (je dirais le plus raisonnable), qui s'appellera Charles-Edouard (avec un tiret...J'ai bien dis que je faisais ce que je voulais alors pas de commentaire).

Roger

- "Ne bouges pas, je vais voir ce que c'est !" (et c'est parti pour de la curiosité malsaine, inutile et mal placée)

Charles-Edouard avec un tiret

-"Non, n'y vas pas, c'est trop dangereux !" (très bonne analyse ! Bravo Charles-Edouard)

Roger

- "Ne crains rien, je vais juste jeter un coup d'oeil, il ne peut rien m'arriver!" (on voit bien que lui n'a jamais regardé de film d'horreur de sa vie et on se demande à quoi peut lui servir de jeter un coup d'oeil...Va-t-il mieux vivre une fois sa curiosité soulagée ? Nan, il va crever !)

Charles-Edouard avec un tiret

- "Bon ok ! Mais alors fais vite, je t'attends" (vaudrait tout de même mieux vous dire adieu plutôt parce que vous ne vous reverrez jamais bande de .........!)

 

Et là, deux choix possibles

a) le personnage qui entre dans la pièce se fait trucider de manière atroce et violente

b) c'est celui qui attend qui se fait assassiner de façon atroce et violente

 

Dans un film vu hier soir, une gamine d'une douzaine d'années, rentre dans une maison et découvre le cadavre d'un gosse assassiné dans l'entrée. Elle ne cille même pas des yeux et au lieu de s'enfuir en hurlant comme n'importe qui l'aurait fait, elle continue tranquillement sa visite des lieux et découvre le corps de plusieurs autres enfant tout aussi morts que le premier, éparpillés dans la maison.

La môme ne s'emballe pas pour autant, et lorsqu'elle entend un bruit bizarre dans la cuisine, elle va tout simplement voir ce qu'il s'y passe.

Je sais pas vous, mais moi, je me dis, il manque quand même quelqu'un sur cette scène de crime....

L'assassin pardi !

Donc fatalement, si il y a du bruit quelque part dans la maison, il y a quand même 99% de chances que ce soit lui !

Mais à 13 ans en amérique, on ne pense pas il faut croire...

Là elle découvre un spectacle épouvantable : une femme avec une  main dans le broyeur, l'autre main déjà broyée qui meurt sous ses yeux.

Mais toujours aucune réaction de la part de la gamine dont on se demande si elle n'est pas une future sérial killeuse !

Elle voit un bouton de porte bouger dans le fond de la cuisine, et comme elle est décidément très courageuse, très stupide ou complètement arriérée, elle se penche et regarde par le trou de la serrure.

Un oeil la regarde elle aussi..

Et c'est seulement à ce moment là que la môme tombe dans les pommes.

Quand un film commence comme ça, on sait qu'on est déjà devant un bon gros navet...

Suite à venir !

 

 




14/05/2013
0 Poster un commentaire

Sadako

 

 


08/05/2013
0 Poster un commentaire

Portrait d'un bogoss

 


03/02/2012
0 Poster un commentaire

Qu'est-ce qu'un bon coup ?

J'ai beau être d'âge mûr, j'ai un appétit sexuel non négligeable et je ne supporterais pas que mon homme soit feignant de ce côté là. Heureusement pour moi, il assure...

Pourtant, j'aime tout autant la sensualité (mais ça vous le savez), le jeu des attirances, le romantisme, l'amour.

Il me semble important dans une réalité ou les films pornos prennent de plus en plus de place, de rétablir quelques vérités bien senties concernant les femmes et le sexe et mettre un terme à des idées préconcues de djeuns ahuris du genre : quand la femme dit non non, ça veut dire oui, oui...La femme est une s----e parce qu'elle aime le sexe autant que l'homme...et j'en passe et des pires.

 

Les hommes pensent que leur "outil" est magique et qu'il suffit juste de le secouer dans tous les sens pour faire grimper  au rideau l'être "aimé".

En fait, les bons coups sont plutôt rares (n'en déplaisent aux petits prétentieux persuadés de détenir l'objet le plus précieux du monde) et il ne suffit pas de faire des vas et viens dans l'antre de sa compagne pour être un as de l'amour !  Alors laissez tomber les films X, la mécanique qu'elle soit quantique ou sexuelle n'est que de la mécanique.

Parler du sexe à tout bout de champ ne fera pas de vous non plus un professionnel de haute voltige, j'ai  d'ailleurs  souvent remarqué que les plus vigoureux en verves, étaient les plus timorés question verge.

 

Alors qu'est-ce qu'un bon coup ?

Je ne suis pas une professionnelle dans l'art d'aimer mais j'ai tout de même bien profité de ma jeunesse avant de me caser. 

C'est donc à travers mes expériences passées diverses (hélas lointaines),que je vais vous donner mes critères.

S'ils vous semblent un brin suranné, ou un poil inutile, c'est que vraiment, l'amour est en train de disparaître...

Êtes-vous un bon coup ?

Soyez sincères et si vous somatisez parce qu'il vous semble que vous n'êtes qu'au début de votre apprentissage, sachez que la vie est faite pour apprendre et se perfectionner.

Usez et abusez de l'amour (sous protection toujours),

L'amour doit être un don, une offrande précieuse, une relation où chacun prend plaisir à  faire plaisir à l'autre.

 

En étant plus terre à terre

Il me vient une idée en songeant à la difficulté pour un homme d'assumer sa place de mâle dominant dans ce monde : peut-être que si Dame nature l'a doté d'une motivation sexuelle hors pair  à la place du cerveau, c'est pour compenser à la difficulté d'user et d'abuser de ce muscle, si fragile finalement, dont dépend la pérénité de l'espèce.


Voici donc ma définition en plusieurs points (la question est complexe) du bon coup.  

 

Premier point

Un bon coup est un homme qui ne ment pas sur ses aptitudes physiques.

la bombe sexuelle :

Si vous avancez que vous êtes une bombe sexuelle au plumard et qu'en fait vous êtes un Ejaculateur Précoce, forcément ça craint...Non pas parce que vous êtes un EP, mais parce que vous avez menti ! Une femme aime qu'on lui dise la vérité, c'est une preuve de respect. Et rien ne fait peur à une femme qui se sait respectée, même pas un EP.

le marathonien :

Pour ce qui concerne ces messieurs ayant un fort surpoids et le souffle court dès qu'ils font quelques pas, n'allez pas inventer que vous compensez par autre chose...bla, bla, bla. La vérité c'est que vous risquez à tout moment la crise cardiaque si vous en faites trop, alors vous avez tendance à  vous protéger. IL n'y a rien de plus normal,  mais dites le ! Vous êtes de bon gros nounours que l'on aime câliner, dans les bras desquels on se sent en sécurité !   Certainement pas des marathoniens de l'amour ! Ne soyez pas triste, l'objet sexuel, dans ce cas, c'est vous !

- l'expérimenté :

Quant à ceux qui ne savent pas utiliser leur attirail alors qu'ils ont proclamé partout qu'ils étaient plus expérimentés que leurs pères, il ne faudra pas longtemps pour que la ville entière sache à quel point le ridicule peut tuer (l'amour). Les femmes sont des instits permanentes et elles aiment se sentir utiles. Soyez francs, montrez votre faiblesse, votre jeunesse, elles seront heureuses de vous prendre par la main pour vous montrer le chemin qui mène aux plaisirs de la chair et par voie directe (si j'ose dire) à leur coeur. 

- le généreux :

Votre engin est de format liliputien ou inapte au service !  Ce n'est plus vraiment un problème à notre époque où tout un tas  de gadgets existent pour compenser. Et puis le reste de votre corps est vigoureux et ne demande qu'à servir ! Alors tout va bien dans le meilleurs des mondes ! Montrez lui à quel point vous savez utiliser ce que la nature vous a donné comme moyens et le désir de lui faire du bien.

- la matraque :

 Vous avez balancé à tout va que votre sgeg était un barreau de chêne qui ne pliait jamais alors que Popaul refuse de monter au créneau dès que vous rougissez ? Mais où est donc l'intérêt de faire l'amour avec un barreau ? Faut vraiment être con !

Bon, c'est pas grave, c'est dit, c'est dit, mais la prochaine fois trouvez autre chose ! 

Alors comme dans le cas des expérimentés, faites ressortir le côté instit  ou même guérisseuse de votre copine !  Vous risquez même de guérir une fois pour toute de cet inconvénient mineur s'il est pris avant que  votre  mensonge ne devienne majeur....

- le "préliminarien" :

Votre gloire à vous se situe dans votre amour des préliminaires ! Bien forcément on vous attend au tournant ! Et si vous ne fournissez pas la qualité et la quantité annoncée, vous passez très vite pour un demeuré !  C'est sur la durée que votre mensonge sera pronostiqué et la sanction appliquée : adieu Charlie !

Il en faut de l'énergie pour les préliminaires, l'acte sexuel pur et dur... Il faut avoir du souffle, de la résistance,  ne pas avoir peur de se donner à fond et surtout, surtout, ne pas oublier les "postliminaires"...

Alors je vous vois venir ! Vous vous demandez ce que sont les postliminaires. Je ne connais pas de termes pour définir les petits câlins, caresses d'après l'amour (et oui, petits malins, on ne laisse pas sa copine en plan en lui tournant le dos victorieusement, une fois que l'on a obtenu ce que l'on a voulu  !)

Il faut montrer à sa compagne de batifolage que l'on a toujours autant d'attention pour elle !

C'est simple, ça fait chaud au coeur et ça peut rapporter gros. Une femme qui est aimée autant (voir même plus) avant qu'après l'acte sexuel se souviendra de vous toute sa vie.

 

Petit aparté :

Vous allez donc, bande de petits sagouins machistes, me poser la question à 100 balles : mais pourquoi se décarcasser autant pour une meuf ?

Et bien tout d'abord :

a) Faire du bien à l'autre, c'est avant tout se faire du bien à soi même !

b) Ca vous dirait qu'on parle de vous en terme les plus flatteurs ? Que toutes les filles vous courent après pour vos qualités sexuelles et humaines ?

c) Quand l'art d'aimer devient un art de vivre, cela change le regard en profondeur sur le monde dans le sens du bon et du bien

d) On ne s'ennuie jamais parce qu'on apprend tout le temps. La vie devient un vaste champ de découvertes extraordinaires lorsque l'on se penche sur autre chose que soi !

Ensuite tout simplement parce que la femme est l'avenir de l'homme (et ça c'est pas moi qui l'ai dit, c'est le poète Aragon)

 

Je préfère rappeler ici, que tout ce que j'écris se réfère à ce que j'ai pu vivre et voir vivre autour de moi, rien de plus (mais rien de moins non plus !)

 

Deuxième point du bon coup :

Ne pas mentir sur ses aptitudes morales à aimer

 

Vous avez réussi la première partie du test en disant la vérité à votre future compagne sur vos capacités physiques à aimer.

Malgré tout, cette partie corporelle (dont l'importance n'est pas à renier) n'est que le rocher qui cache la montagne. 

En effet, vous pouvez cumuler à vous seuls les talents sportifs, techniques et les trois phase de l'amour physique, si intellectuellement vous êtes incapable d'aimer parce que "gros beauf", vous aurez quand même une vie pourrie.

Voici en quelques points ce que j'ai pu rencontrer de mauvais-mauvais coups et dont je me reproche encore aujourd'hui de m'être fait berné par leur apparence. Ceux sont donc des points "éliminatoires"...

 

Vous êtes un narcissique patenté :

L'autre n'existe que si elle vous renvoie l'image que vous attendez de voir...

A part une rééducation psychologique complète, je ne vois pas comment vous pourriez devenir un pro de l'art d'aimer.

Évidemment, une femme peut se faire avoir par votre côté "monsieur Univers/perfection" mais se lassera vite de n'exister à vos yeux que lorsqu'elle vous abreuvera de compliments. Sans compter qu'avec le temps, une certaine perversion peut naître du narcissisme (mais là on change totalement de registre).

Le narcissisme ne donne jamais rien de lui, il attend juste qu'on lui rende ce qui lui revient, c'est-à-dire, TOUT !

Comment reconnaître un narcissique : sûr de lui, il a du bagout, toujours le dernier mot, toujours raison,  il ne peut pas passer devant une glace sans se regarder sous toutes les coutures. On repère assez vite son côté enfant gâté et capricieux qui aime se faire servir. Il utilise (avec mauvais génie) tous les moyens mis à sa disposition pour tirer la couverture à lui. Il est  1/4 menteur, 1/4 hypocrite, 1/4 manipulateur, 1/4 calculateur, et pour finir : quoi qu'il arrive, ce n'est pas de sa faute.

 

Vous êtes timide/complexé :

Hum, pas facile ! Vous vous cachez sous des dehors hâbleurs ou comiques, vous paraissez extravertis et super à l'aise mais quand vient le moment d'un peu d'intimité, qu'elle soit physique ou morale, il n'y a plus personne !

Pour peu que vous ayez attiré dans vos filets une future-ex qui ait exactement le même problème et c'est la cata !  Pour autant, si votre charme "légendaire" n'est qu'extérieur, vous allez au devant de bien des mésaventures, aucune femme n'aime être trompée.

Soyez vrais, soyez nature, ne vous cachez pas ! N'essayez pas de ressembler à des idoles de papier ! Votre atout, c'est vous et cette vérité que vous montrez ! Soyez vous même et vous serez beaux.Exemple : Rencontre ferroviaire

Nous voyons beaucoup de couples improbables autour de nous, des couples qui nous choque, ou nous amuse par leurs différences, leur ressemblance. La nature est si complexe que tout le monde à sa chance ! Si vous vous cachez, vous ne rencontrerez jamais la personne qui vous correspond réellement  !

 

Vous êtes un foutu macho et fier de l'être :

Pour vous les droits de la femme c'est du pipeau. Votre mère vous servait, votre future femme/mère/bonniche prendra le relais et vous ne vous privez pas de lui faire comprendre....

Il existe malheureusement des cas où la pauvre future ménagère n'a pas la possibilité de refuser un tel parti et je la plains sincèrement.

Quant à toutes les autres, je leur conseille de faire demi tour et de se sauver à toute vitesse lorsqu'elles vous voit.

Pas forcément bons au lit, vous êtes en plus mauvais dans la vie courante alors pourquoi s'emmerder avec des types tels que vous ?

Effectivement vous êtes très très nombreux, c'est un problème majeur !

Heureusement il existe des degrés de machisme et donc votre cas n'est pas perdu si vous n'êtes pas un bourrin pur et dur, et donc capable d'évoluer, de grandir, de mûrir, d'aimer autre chose que vous même.

 

Ci-joint un lien sur lequel se pencher afin de comprendre à quel degré de machisme/manipulateur vous en êtes : http://1libertaire.free.fr/Languemacho.html

 

Vous êtes un blaireau, un beauf quoi ! 

Pour avoir déjà parlé des beaufs dans ce blog  = La "beauf attitude" je ne vais pas m'attarder là dessus. Et mis à  part une femme dans votre genre, je ne sais vraiment pas à qui vous pouvez bien plaire !

Seule solution : rééducation !

 

Vous êtes un type équilibré, simple, vous n'avez pas plus envie de dominer que de servir.

Pour vous, l'homme et la femme sont différents, complémentaires, mais égaux en droits et en devoirs.

Pour vous le couple c'est avant tout une tendre et passionnelle complicité, un apprentissage de la vie en communauté. Vous aimez vous projeter dans un avenir où l'harmonie règnerait en maître dans le duo ainsi que la compréhension de l'autre, le respect mutuel, la recherche des plaisirs partagés, la plénitude.

Vous aimez donner autant que recevoir et pour vous le bonheur n'est pas un vain mot, mais une quête quotidienne.

Alors c'est OUI ! Je vous épouse ! 

Scan0030.jpg

 

Image trouvée sur le site :

Bibliophilie & Bibliophiles d'hier et d'aujourd'hui


13/01/2011
0 Poster un commentaire

Trop top l'argent quand on en a (épisode 36 957 483)

Bambina passe la porte du bar de la plage, comprimée dans son bikini taille 36 alors qu'elle fait du 40, en roulant du cul pour mettre en valeur son nouveau fessier siliconé.

Elle est très en colère, oui, oui ! 

Comment je le sais ?

Bande de profanes désargentés, ne cherchez pas sur ses traits botoxés la marque d'une émotion quelconque, regardez  plutôt ses joues elles sont toutes rouges malgré l'épaisse couche de fond de teint ! Ça c'est un signe qui ne trompe pas !

Elle s'approche du barman tout en secouant sa crinière peroxydée et ses seins en plastique et lui assène une baffe retentissante, puis elle effectue un demi-tour de princesse outragée, ressort du bar non sans jeter un coup d'oeil critique sur l'assistance qui n'a évidemment pas perdu une miette du spectacle.

Satisfaite de son effet, Bambina d'un haussement d'épaule, ressort sans mot dire (ce qui est extrêmement difficile pour elle qui est une bavarde impénitente malgré son QI de poisson rouge) et disparaît de la scène.

Un homme l'attend dehors et si malgré les 36 957 482 épisodes précédents vous ne l'avez pas reconnu, sachez qu'il s'agit de son coach de vie, Alan et qu'il est très content du one man show de sa protégée.

"- Magnifique, ma belle ! Splendide ! Tu as été parfaite !

- Tu es sûr ? Il manquait quelque chose ! J'aurais pu au moins dire un mot ou deux !

- Surtout pas ! Regarde les tous, ils sont sidérés ! Tu as joué à la perfection le silence méprisant ! Je t'assure, cela à donné plus d'impact à ton rôle !

- J'aurais quand même aimé dire à ce salaud tout ce que je pense de lui ! Je n'ai jamais été autant humiliée de ma vie !  Je veux qu'il le paye !

- Ne t'inquiète pas pour ça, ton père s'en occupera ! Tu le sais bien, il ne supporte pas que l'on te fasse du mal ! Dès demain, ce goujat vendra des fraises au Bangladesh.

- N'y allez pas trop fort avec lui quand même ! J'ai failli l'aimer !

- Oublies tout ça ma belle, et ne pleure pas ça donne des rides ! Allez viens, on va faire un tour à dos de chameau  ça te changera les idées ! "

Le couple s'éloigne, pendant que la caméra retourne au bar voir si j'y suis.

Le barman Kenny, ce beau gosse un peu trop ambitieux avait misé sur deux juments bien cotées et s'était planté en beauté... Mais pas tout-à-fait quand même, puisque présentement, la tête enfoncé dans la poitrine pulpeuse d'une serveuse très très gentille (Sylvie qui aurait voulu être sa petite amie), il se faisait remonter le moral et les bretelles.

"- Voyons Kenny ! C'est la deuxième aujourd'hui ? Qu'à tu donc fais encore ? Tu as couru deux lièvres à la fois et tu as encore perdu ? Tu joues un jeu dangereux, fais donc attention à toi !

- Est-ce ma faute si je plais autant à ces femmes ? Est-ce ma faute si je ne sais pas leur dire non ? Je suis faible, c'est tout !

- Pourquoi choisir ces filles de riches capricieuses et vulgaires qui ne t'apportent que des ennuis alors qu'il y a pleins de gentilles jeunes filles autour de toi qui ne demandent qu'à t'aimer sans rien te demander ?

- Je sais Sylvie que tu aimerais être ma petite amie, mais crois moi, je ne suis pas un homme pour toi. Tu es vraiment quelqu'un de bien et je m'en voudrais de gâcher ta vie.

- Mais Kenny, je n'attends rien de toi ! Je t'aime tel que tu es !

La jeune serveuse, d'un geste précis replonge la tête du barman dans son corsage et lui murmure à l'oreille :

- Tu ne peux pas savoir tout ce que je ferais pour toi si tu me le demandais !

Celui-ci se redresse tout-à-fait guéri :

- Chérie, trouve-toi un gars sympa et gentil, du même milieu que toi ! Moi je joue dans la cour des grands, tu comprends ! J'ai un destin ! Je veux devenir quelqu'un, je veux qu'on me respecte et qu'on me serve du -" Monsieur désire ?" à toutes les sauces, Je veux découvrir le monde en classe de luxe,  manger  du caviar dans des couverts en titane,  me dorer la pilule sur une plage privée, me faire masser par des geishas au japon un jour, et me retrouver à faire la fête au Bangladesh le lendemain ! C'est ça la vie que je veux ! Pas être le barman du "Bamboula Club" tout le reste de mon existence ! "

Le jeune homme  achève alors de briser les rêves à l'eau de rose de la jeune fille  :

- "Bambina ne doit pas être loin, je vais lui courir après, j'ai peut-être encore ma chance avec elle ! "

Il sort de la pièce pendant que Sylvie, dépitée le regarde partir.

S'approche d'elle alors le patron du café qui parait plutôt ennuyé

- Sylvie, laissez donc ce sale type partir ! Il ne vaut vraiment pas le coup que vous vous fassiez du souci pour lui !

- Mais je l'aimeeuuuuuuuu ! Pleurniche-t-elle

Le patron, doucement la prend dans ses bras en louchant sur le décolleté plongeant qu'il aimerait mordre à pleines dents.

- Ce type est bien trop vénal ! - Ajoute-t-il. -  Il n'aimera jamais personne ! Moi je suis là ! Je vous respecte ! Je vous aime ! S'il vous plaît Sylvie, je vous le demande pour la 36 957 483ème fois : épousez moi ?

- Bon d'accord ! Vous avez gagné ! Je capitule.  Mais alors, pas de contrat de mariage, une assurance vie en béton, une lune de miel au Mexique pendant trois semaines, pas de bébé avant mes 35 ans et on ne dort pas dans la même chambre !

- Ca me convient ! Oh ma chérie ! Je suis le plus heureux des hommes !

Ils s'enlacent pendant que le regard de la très très gentille Sylvie semble dire : pas pour longtemps...

 

Retour à toute vitesse vers Kenny qui a rejoint Bambina, toujours accompagnée de son coach.

En pleine rue, afin de prendre le monde à  témoin de sa disgrâce, à genoux devant elle,  le barman joue son destin en expiant sa faute, sa très grande faute, et supplie la clémence clémente de l'unique amour de sa vie.

 

 Pendant ce temps, à l'autre bout de la ville, au coeur du quartier un peu moins riche (on ne parlera pas de quartier pauvre dans cette série web, ça fait désordre), une maman donne la tétée à son bébé en chantonnant. 

Ce petit flash de quelques secondes n'a rien à voir avec le film, mais il fallait intégrer une scène attendrissante pour contrebalancer les effets nauséabonds des premières répliques D'autre part, il permet d'intégrer un élément quasi mystique faisant supposer  au spectateur de ce sombre navet une suite atypique et pleine de rebondissements qui  ne verra bien sûr jamais le jour.

 

Bambina, enchantée par cette séquence imprévue et ravie d'être encore sous les feux de la rampe, gémit de bien être sous les caresses de la brosse à reluire de Kenny décidément très doué.

Alan quant à lui, furieux de voir la tournure que prennent les évènements, tente de remettre la naïve gamine dans le  chemin du bon sens.

-"Allons, Bambina ! Tu ne vas tout de même pas croire ce malotru ! Il a quand même tenté d'abuser de toi ! Ne vois-tu pas qu'il n'en veut qu'à ton argent  ?

-Voyons Alan, ce n'est pas moi qui suis riche, c'est mon père ! Je n'ai donc rien à craindre de lui ! Regarde le ce pauvre chou ! Il pleure ! Il est sincère ! Je suis sûre que c'est un coup de cette méchante Cindy ! Elle est tellement jalouse de moi ! Elle veut tout ce que j'ai !

Kenny enfonce judicieusement le clou

- C'est à cause de Cindy ! C'est elle qui m'a demandé de vous faire croire que nous étions ensembles pour vous faire perdre un pari ou je ne sais quoi ! Vous me croyez n'est-ce pas ? Oui, je le vois dans vos yeux ! Vous êtes si fine, si intelligente !

- Je le savais ! - Tempête Bambina ! - Ouhhh Alan, regarde-moi ! Je suis encore en colère ! C'est affreux ! Je vais me faire des plis aux lèvres !

- Calme toi ma biche - Susurre le coach ! - Allons d'abord parler avec Cindy afin de savoir si cet odieux malappris ne te raconte pas encore des sornettes !

- Certainement pas ! Je m'en vais lui jouer un tour à ma façon à cette garce ! Et toi, mon cher Kenny, pour ta punition, tu vas m'aider ! Tu es d'accord ?

- Tout ce que tu voudras princesse, du moment que tu me pardonnes ! Que veut-tu que je fasse !"

Le barman repart victorieux aux bras de la jeune femme pendant qu'Alan tente de mettre de l'eau dans son vin en attendant le bon moment.

 

Non loin de là, un couple d'homos se dispute tout en essayant de rester le plus discret possible. Ce couple, rajouté au 200ème épisode, répète inlassablement le même dialogue. On change juste les costumes, les décors, les motifs de la disputes et la forme. Le fond lui est inchangé et continue de fonctionner (vous me direz, un peu comme la vraie vie !).

- "Georges, quand est-ce qu'on se voit ?

- Je n'en sais rien Paul, tu sais très bien que je ne suis pas libre !

- Justement, j'en ai marre de cette situation ! Ça fait trois ans qu'on sort ensemble, tu ne crois pas qu'il est temps de tout avouer à ta femme ?

- Ce n'est pas possible actuellement ! Combien de fois il faudra que je te le dise  ! Denise est très fragile en ce moment, je te le rappelle ! Tu l'as vu toi même hier ! Tu as vu dans quel état elle se met pour une broutille ? Alors imagine si je lui annonce que je la quitte pour le voisin de pallier ? Et mon fils, tu as pensé à mon fils ? Il n'a que 15 ans ?

- Je n'y peux rien si tu as viré ta cuti après avoir pondu un marmot avec une vilaine !

- Ne parle pas comme ça de ma famille s'il te plaît ! Tu sais à quel point cela peut me rendre nerveux !

- D'accord ! Désolé mais je n'en peux plus ! J'ai besoin de toi ! Je veux vivre avec toi, et même me pacser pourquoi pas ?

- Oh, mais moi aussi j'adorerais me pacser avec toi ! Tu sais bien que tu es l'homme de ma vie ! Sois patient. Je te demande juste encore un peu de temps."

Un téléphone portable sonne, Georges le sort de sa poche et constate :

-" Denise. Il faut que je décroche !

- Oui mais fait vite alors, je te rappelle que nous avons rendez vous dans 10 minutes avec José !"

Georges répond :

- "Chérie ? Oui ma puce ! Notre anniversaire de mariage ? Bien sûr que j'y pense ! Une surprise ? Je suis pressé d'être à ce soir ! Bisous chérie ! Oui oui, moi aussi ! Bisous !"

Paul décomposé jure :

-"P----n de m---e ! Votre anniversaire de mariage ? J'avais oublié celui-là ! Il ne manquait plus que ça ! Et c'est quoi cette surprise ? OH ! Ne me dis pas que tu couches encore avec ta femme quand même ?" 

Georges baisse la tête et ne répond pas.

Paul tout entier à sa colère, fait mine d'avancer,  puis revient vers son amant qui supporte le dos rond ses interjections.

-"Tu fais c---r Georges, tu m'avais promis ! Plus rien entre vous ! Le vide sexuel intégral  ! Mais tout ça c'est du pipeau ! Dire que tu oses la toucher elle et ensuite revenir vers moi ? Comme si de rien n'était ? Tu me révulses !

- Paul ! C'est ma femme quand même ! Je ne peux pas toujours dire non !

- Tu me dégoûtes ! Je te quitte !"

D'un pas décidé, Paul s'éloigne sans un regard en arrière. Georges laisse partir son compère une fois de plus. Ils ont déjà joué cette scène maintes et maintes fois.

Il sait qu'il reviendra, il revient toujours (du moins jusqu'à ce que le script devienne plus touffu, ce qui n'est pas pour demain la veille).

Georges part de son côté, il a des préparatifs à faire pour cette soirée d'anniversaire des 15 ans de mariage.

 

Denise vient de raccrocher et se lance dans l'essayage de la nouvelle petite tenue sexy acheté pour l'occasion.

Les unions qui durent si longtemps peuvent se compter sur les doigts de la main à notre époque et Denise est toujours  très heureuse de raconter à ses collègues de travail et ses amies que son couple continue de fonctionner dans la joie et la bonne humeur, sans mensonges ni tromperie d'aucune sorte.

Un coup de croc mesquin vient tout de même mordre dans sa bonne humeur. Il y a un hic à ce bonheur parfait et pas le moindre : le sexe.

Son mari ne lui a jamais caché son peu d'intérêt pour ces choses là et elle l'a épousé en tout état de cause. Cependant, elle s'était imaginé qu'il exagérait mais dû se rendre à l'évidence avec le temps et l'expérience.

Faire un enfant avait relevé du parcours du combattant et c'était il y a 15 ans ! Aujourd'hui, il n'était plus question de faire l'amour que si elle le suppliait des jours entiers ou menaçait de chercher son bonheur ailleurs. Et Georges le savait, pas question, mais absolument pas question de lui refuser ce cadeau là, le jour de leur anniversaire de mariage...

Devant sa glace, Denise se regarde sous toutes les coutures. Elle est encore pas mal pour son âge et ce n'est pas son psy qui va dire le contraire...Ce petit coquin  ! Elle sourit à l'image que lui renvoie le miroir, car elle fête un autre anniversaire en ce jour : cela fait un an qu'elle ne prend plus d'anti-dépresseur...

Le fils unique Léon est dans sa chambre. Cet adolescent de 15 ans trompe sa solitude en passant ses journées et nuits sur internet entre son blog et les différents réseaux sociaux dont il est le héros. Dans sa chambre tapissée de jeux et de manettes diverses et variées, il s'ennuie.

C'est pour ça qu'il boit. Depuis ses 12 ans, suite à une fête donnée chez luii (voir le 25 812ème épisode) il picole abondamment et fume de l'herbe généreusement. Il a de la chance, avec l'argent de ses parents, il peut tout se payer facilement.

Il a tout de même décidé d'attendre sa majorité pour attaquer les drogues dures, Léon veut passer son bac histoire de  faire plaisir à la famille !

Mise à part la bonne avec qui il entretient des rapports plus qu'amicaux,  personne n'a  remarqué son état car comme tous les jeunes de son âge, il vit reclus dans sa chambre depuis des années.

Bourré comme comme un coing, il ronfle sur son lit, rêvant à des jours meilleurs. Il ne va plus à l'école depuis longtemps, comme ça, il ne perd plus de temps : la sobriété sur les bancs de l'école c'est un vrai cauchemar !

Bon, ceci dit, on ne parle jamais beaucoup de Léon dans la série, on le ressort de sa piaule une fois de temps en temps pour sensibiliser le jeune public aux méfaits de la drogue par exemple (demandé par de hautes instances du pouvoir) ou culpabiliser les parents sur le manque à leur devoir d'éducation de leurs enfants.

Si j'en parle là, c'est qu'il va dire un mot qui va peut-être (et je dis bien peut-être) avoir des répercussions sur le reste de l'histoire... Attention c'est maintenant !

Léon s'arrête de ronfler trente secondes, prend l'interphone qui le relit à la chambre de la bonne et dit :

-"Mina ! Montes s't'e plais ! "

Puis il replonge aussi sec dans les bras de Morphéus-la-tête-dans-le-sac

Tant pis pour les répercussions !

En même temps, j'avais bien souligné "peut-être"...

L'est vraiment désespérant ce gosse !

 

 

...Suite au prochain épisode...

-----------------------------------------------------------

Il n'y aura pas de prochain épisode, le créateur est mooort de souffrance devant un tel carnage et de culpabilité....RIP (si cela est encore possible)

----------------------------

Fin

 

880374.jpg

 

 


20/12/2010
0 Poster un commentaire