BuZZlaliFe

Films


Les films d'horreur asiatiques

 

Article débuté en 2011 (je pense)

--------------------------------------------------------

 

Post dédié aux films d'horreur asiatiques, plus précisément avec des fantômes, mais pas forcément...

Je suis toujours en quête d'un bon film, et s'il faut se taper 15 navets avant de tomber sur une perle, je suis prête à prendre le risque...

Vous pouvez évidemment me laisser vos commentaires (je prends les bons comme les mauvais je ne suis qu'un humain avec ses convictions, ses défauts et ses faiblesses)...

------------------------------------------------------------------

Mon premier film d'horreur asiatique fut : RINGU !

Je peux vous dire que ça a été un vrai choc ! Et tous les films horrifiques que j'ai vu après celui -ci (que ce soit asiatiques ou américains), m'ont semblé être de simples copiages/collages de toutes les nouveautés inclus dans ce petit bijou.

Mais je vous raconte :

C'était la nuit, je n'avais rien de mieux à faire que de rester devant la télé lorsque le film a débuté.

Je n'étais pas du tout habitué au rythme si lent, aux silences pesants de ce genre à part et j'ai failli zapper à plusieurs reprises.

Mais peu à peu, je me suis laissée envoûtée par cette lenteur même qui m'exaspérait et j'ai plongé la tête la première dans l'univers étrange et pénétrant de cette oeuvre cinématographique qu'est Ring.

Là, devant mes yeux ébahis, entrecoupée de silence, l'horreur se révélait,  sans aucune action, sans violence, pratiquement sans effets spéciaux, sans  mimique exagérée, sans scénario compliqué, sans gros moyens financiers, un truc vraiment inattendu...

Une fois imprégnée de l'ambiance, j'ai comme cessé de respirer (sic) pour finalement ne reprendre mon souffle qu'au générique de fin.

Mais pour autant, cela ne s'est pas arrêté là. Insidieusement, les impressions, les angoisses liées à ce film ressurgissaient. 

Des jours et des mois après, j'avais encore, collées aux rétines, la vision terrifiante de cet énorme oeil figé,  de  la démarche disloquée du fantôme, de la manière dont il sortait de la télé,  de sa façon de ramper telle une araignée  venant chercher sa future victime,  je me souvenais de ce bruit lancinant annonçant l'arrivée imminent de l'esprit lorsqu'il sortait du puits...

J'ai mis beaucoup de temps à m'en remettre et j'ai du visionner le film une seconde fois pour que les choses se remettent en place.

Les suites RING 2 et RING 0 m'ont fortement déçu.

Cependant, étant devenue friande du genre (j'ai vu Dark water, the eyes, Alone, One missed call, the Host et j'en oublie), j'ai profité de quelques jours de vacances d'halloween (comme ça je reste dans le thème), je me suis vautrée avec délectation devant mon ordi et j'ai regardé quelques films d'horreur asiatiques notés sur une liste suite à un passage sur un forum ma foi très sympathique : http://horreur-web.forumactif.com/sous-genres-horrifiques-f22/les-films-d-horreur-japonais-t3662.htm

-----------------------------------------------------------------------------------------

 J'ai visionné et j'ai adoré  : 

- Shutter et le remake américain - Spirits :):)

Un jeune couple est hanté par le fantôme d'une jeune femme qu'il croit avoir écrasé sur la route.

C'est un appareil photo qui sert de révélateur de la présence du poltergeist et c'est vraiment très bien foutu. La fin du film est impressionnante. A voir absolument (l'une ou l'autre version, c'est pratiquement la même).

- Ju-on

The grudge dans sa version américaine:):)

- The red shoes 

J'aime le conte dont  est issu ce film, peut-être est-ce davantage pour cela que je lui met un bon point :):)

- Ju on the old lady in white :):)

Le scénario est déjà trop connu, mais j'ai eu quelques frayeurs

- Death note 1 :)

- Death note 2

Franchement, j'ai bien aimé ces deux films, un tantinet long -2h00 et 2h20- mais agréables à suivre. C'est une histoire sympa où les anti-héros en devenant propriétaires du livre de la mort, récupère le dieu de la mort qui va avec. Bon ils sont plutôt sympa ces dieux, comme des espèces d'animaux de compagnie que seuls ceux qui touchent le bouquin peuvent voir :)

Alors pourquoi "anti-héros" ? Parce que que au départ humains normaux comme vous et moi (ou presque vu  la super intelligence de Kira) se transforment en sérials-killeurs de criminels pour finalement dégommer tout ce qui ce met en travers de leur route de dégommeurs de criminels.

D'où la sempiternelle question des gens bien pensants : le mot "justice" étant devenu un terme de science fiction, faut-il ou non tuer les méchants ou laisser cette tâche à dieu (qui à mon avis s'il devait passer à l'acte, zigouillerait les 3/4 de la population humaine de la planète). 

Ps : je viens de me rendre compte que c'est finalement une trilogie ! Ne bouges surtout pas !  Je cours dévorer le dernier film et je reviens te faire un résumé rapido  !

- Death note 3

C'est encore celui de la trilogie que j'ai préféré !  Et lorsque j'ai vu le nom du réalisateur, j'ai tout compris : il s'agit de Hideo Nakata, le réalisateur de mon cher ringu à cause duquel j'ai ouvert ce post !

Je me demandais comment Nakata allait faire renaître de ses cendres L qui passe l'arme à gauche à la fin du deuxième. On sait que souvent les suites ont de gros problèmes d'historique. :):)

Ici, le troisième film vient s'intégrer en finesse dans le cours du deuxième avec quelques rappels en image, bien joué !

L'histoire : un vilain groupuscule terroriste écolo (parce qu'on sait à quel point ils sont vraiment méchants :)) a finalement décidé de remplacer dieu et de détruire une majeure partie des humains afin d'assainir et de préserver la terre. L qui, rappelles toi, va bientôt mourir, n'a plus qu'un vingtaine de jours pour sauver la planète et ses deux nouveaux amis.

Il est toujours aussi étrange ce L et de plus en plus attachant. . On est vraiment dans le manga filmé, c'est très sympa !

Au final je suis enchantée de cette trilogie même si les exagérations de scénarios prêtent quelquefois à rire, je l'admets.

 - Rattle rattle

C'est un court métrage (30mn), court, mais dense. Pas le temps de s'ennuyer ou de tergiverser avec le scénario. C'est efficace, soigné avec des effets spéciaux de la guerre 14, mais dont le résultat est surprenant !  Vous avez de la chance, il est sur youtube, je ne saurais trop vous conseiller de le voir :):)

Rattle signifie hochet et c'est donc le bruit du hochet qui accompagne la venue du vilain, du très vilain (et pour le coup il est bien réussi) fantôme. C'est bon ! Très bon même. :):)

- Arang

Encore une belle surprise ! Prenez la cassette vidéo de Ringu et remplacez la par un mail avec effet immédiat. De belles images, de beaux effets qui m'ont fait monter les frissons à plusieurs reprises. On oscille de l'horreur au polar pour retourner dans l'horreur en fin de film (contre toute logique d'ailleurs), ce qui ne m'a pas empêché d'aimer...:):)

- Coming soon

Vous allez dire que je me répète, mais là encore je vois dans ce film, une énième version de " Ringu". Ici c'est la scène de pendaison d'un film d'horreur qui fait basculer l'auditoire dans la malédiction. L'originalité du scénario est que la vilaine-affreuse-méchante, entraîne la malheureuse victime avec elle dans le film pour mieux lui extirper les yeux. Et c'est un grincement de corde de pendu qui accompagne la venue du fantôme vengeur. De belles images, des frissons. Que demander de plus ! :):)

- Dark house

pour une fois, il n'y a pas de fantôme dans cette sombre histoire de sérial killer au visage d'ange. Ce serait plutôt un polar horrifique que je trouve digne des best sellers américain, avec des scènes assez atroces (âmes sensibles s'abstenir).

- Hansel et Gretel

Sur une reprise du conte de fée qui est déjà en lui-même assez atroce, un film aux images superbes, à la fois terrible et émouvant.  J'adore !

- The coffin

l'histoire parallèle d'une jeune femme (future mariée) atteinte d'un cancer et d'un jeune homme dont la fiancée est dans le coma qui suivent un rituel consistant à vivre leur funérailles à l'intérieur de leur cercueil afin de tromper la mort et détourner le mauvais sort. Mais la mort ne peut pas être bernée, elle récupère tôt ou tard son quota de cadavres....Les héros ne tardent pas à s'en rendre compte lorsqu'une personne aimée de leur entourage, vient à mourir, en quelque sorte à leur place. La culpabilité vient alors leur chatouiller les pieds et chacun de leur côté, ils vont à sa poursuite afin de trouver le pardon. 
Soigneusement filmé, dans un souci constant d'esthétisme, c'est un film beau et émouvant à la fois.

- Kwaïdan

Un vieux mais très beau film de fantômes des années 65. 4 histoires dont je retiendrais, non pas le scénario mais plutôt les couleurs, les personnages, la lenteur des scènes, l'originalité, une certaine pureté qui se dégage de ce tout. C'est long (3 heures) mais je trouve que pour l'époque, c'est incroyablement bien filmé.

- Chatroom

Ce n'est pas un film de fantôme mais un thriller et ce n'est pas vraiment un film né de l'Asie. Alors que fait-il dans ce post ? Tout simplement parce que le réalisateur n'est autre que Hideo Nakata (ringu, ring 2, dark water, kaïdan, Death note 3...). Ais-je besoin d'une autre raison ?

L'histoire : un adolescent crée un chatroom dans lequel les participants dévoilent leurs angoisses existentielles au créateur du blog, persuadés qu'il va les aider alors que celui-ci ne songe qu'à  les pousser à l'auto- destruction.

En fait, il m'a fallu 45 mn pour comprendre un "détail" pourtant très simple mais qui faussait toute la logique du film. J'étais complètement paumée car je n'arrivais pas à mettre les pièces du puzzle à leurs places. Ce n'est qu'à deux doigts de renoncer que j'ai compris....Pauvre idiote d'une autre époque que je suis !...

Donc, une fois que la lumière fut, dans le bocal à poisson rouge qu'est mon cerveau, j'ai pû enfin profiter du film et de toutes ses subtilités.

Bref, j'ai a do ré !

- The road

Non pas le film américain avec le beau  Viggo Mortensens, mais un film d'horreur Philippin que j'ai vraiment apprécié. Le film débute sur une route hantée par des fantômes et remonte dans le temps, à la naissance de ceux-ci. On connait d'avance la fin (pas de sueur froide en perspective), mais on se laisse prendre au film. Il est comme je les aime, lent, de belles images,  il fait voyager avec un minimum d'effets spéciaux.

Le réalisateur : Yam Laranas. A découvrir absolument, peut-être à travers deux autres de ses films (Sigaw en 2004 et Echo en 2012 - qui est un remake de Sigaw version américanisée), qui ont l'air d'être dans la même veine. Je les déniche et je vous tient au courant ! (voire rubrique ci-dessous)

- The victim

Une jeune femme qui joue les victimes dans les reconstitutions criminelles, se met à voir des fantômes.

Malgré un scénario un peu alambiqué (grosse crise de fou rire au début du film, et une certaine incompréhension à la  fin) , les effets spéciaux  font beaucoup d'effets (quelques frissons garantis), l'ambiance est  étrange à souhait, bref j'ai adoré.  

- Muoi

Une écrivain en panne d'idée, cherche dans une légende urbaine (une jeune femme torturée, suicidée 100 ans auparavant et dont l'esprit est prisonnier dans un portrait), de quoi alimenter un nouveau livre. Elle part donc au vietnam où se sont déroulés les faits, chez une  amie d'enfance.

Excellent film. L'histoire se tient, il faut s'accrocher devant certaines images, le suspens est quasi-permanent, j'ai plongé pendant 1h40 et c'était bien ! Qui plus est, j'adore entendre parler coréen, cette langue aux sonorités chantantes est  je trouve,  vraiment très sensuelle.  

Dark flight

Un avion maudit, c'est pas mal comme base de départ. Et les plus dangereux ne sont évidemment pas les fantômes puisque ceux-ci n'existent pas !

J'ai aimé (pas adoré), le concept, le scénario, la fin, bref, je vous le conseille.

- Two moons

Trois personnages se réveillent dans la cave d'une maison et tentent de découvrir le pourquoi du comment.

Ce film m'a fait penser un jeu auquel on jouait petits : le maitre du jeu donne un début de scène de crime et il faut trouver ce qu'il s'est passé en posant des questions auxquelles il ne peut répondre que par oui ou non. On élabore donc pleins de scénarios et on avance petit à petit vers la "vérité", sans savoir que l'on est les dindons de la farce...

Film intéressant à suivre du début à la fin, le personnage du sérial killer est impressionnant, l'histoire réserve quelques surprises, pratiquement sans effets spéciaux, avec une fin qui va bien. Ça fait plaisir !

- 13B

Une famille vient d'emménager dans un appartement, tout va bien, ils sont heureux, et la chance leur souri. Pourtant un des membres de la fratrie se rend compte qu'une série télévisée qu'ils sont seuls à recevoir, dévoile leur avenir immédiat. Il comprend peu à peu que les esprits d'une famille comme la sienne, massacrée 30 ans plus tôt, tente de communiquer avec eux par le biais de la télévision.

Belle surprise, beau film ! Je ne le placerais pas à proprement parler dans la série horreur" tant celle-ci se fait attendre....:) Mais le suspens est distillé tout au long du film, les personnages sont attachants, l'ambiance est (presque trop) bon enfant avec des chants (et oui, ça m'a fait bien marrer) ! Et jusqu'au bout, on cherche l'assassin. 

- Tales of terror from Tokyo (le film, pas la série) :

C'est une compilation d'histoires de fantômes de tout le japon. C'est filmé sans fioriture. La plupart du temps,l'horreur est suggérée et il n'y a pas de fin. On va droit au but sans trémolo et cela n'empêche pas l'efficacité ! Bravo !

IL y a une série avec plusieurs films, je vais essayer de tous les voir, je ne vais pas bouder mon plaisir ! Et puis c'est sur Youtube !

- Shadow in the palace

Une femme de ménage faussement suicidée au palais du roi dans la Corée médiévale, une médecin légiste décidée à établir la vérité malgré la pression politique,  des femmes sadiques qui se torturent entre elles pour le pouvoir, le fantôme de la morte qui revient se venger...Tout y est !

ça faisait longtemps que je n'avais pas eu ce plaisir, cette sensation de regarder un "vrai  et bon"  film en visionnant celui-ci. C'est une sorte de polar-horrifique-surnaturel de très bonne qualité.  Il est étouffant parfois, éprouvant, réserve bien des rebondissements, les images sont superbes, c'est filmé avec beaucoup de soin et d'esthétisme.

Oui décidément, c'est beau un bon film ! ;)

- Dragon head

Un accident de train dans un tunnel, des morts partout, trois survivants dont un "frappadingue" qui tente de tuer les deux autres. Ceux-ci arrivent à sortir du tunnel mais découvrent que le monde entier est ravagé par un super volcan.  Ils font route et tentent de survivent par tous les moyens malgré les galères qui leur tombent dessus les unes après les autres.

J'ignorais que ce film provenait d'un manga, et je comprends mieux maintenant les images (très belles d'ailleurs !). Il y a bien quelques faiblesses de scénario (ce film a déjà 10 ans), mais j'ai beaucoup aimé.

La vision apocalyptique d'un monde en extinction, les réactions humaines toujours exacerbées, l'évolution des liens qui unissent le couple de héros au fur et à mesure qu'ils se sauvent la vie mutuellement, les personnages effrayants ou bizarres - même si ils n'ont pas le temps d'acquérir de la consistance (on meurt vite pendant la fin du monde...), l'espoir toujours présent malgré le monstre qui apparaît en plein Tokyo à la fin du film, tout y est ! C'est même trop ! Trop de choses  à dire et à montrer et pas assez de temps (pourtant c'est condensé sur 2 heures ! ). A voir donc !

- Epitaph

Un professeur de médecine se souvient, alors que l'hôpital dans lequel il a fait ses études va être détruit, les évènements tragiques qui s'y sont déroulés, évènements mettant évidement en scène des fantômes.

Superbe film visuellement parlant, très soigné : les personnages,  les décors, la qualité des images, c'est un vrai plaisir !

L'histoire (ou plutôt les histoires) sont tortueuses à souhait, et le scénario est difficile à suivre car il mélange le passé, le présent sans forcément prévenir et entremêle les différentes anecdotes avec bonheur. IL faut donc s'armer de patience, et d'un petit calepin pour prendre des notes et ne pas se planter...En bref, j'ai adoré ! :D

- Miss Zombie

L'histoire

Une jeune femme zombie est livrée avec son mode d'emploi à une famille composée de trois membres : le père docteur, la mère et un garçonnet d'une dizaine d'années. Devenue domestique à usage ménager et/ou sexuel, la zombie en sauvant la vie de l'enfant du couple va s'éveiller à la vie en retrouvant l'instinct maternel alors que les vivants eux vont peu à peu s'éteindre de différentes façons.

Je n'en dirais pas plus. Il faut découvrir ce film peu ordinaire car il est superbe. Les images, les décors, la lumière contribuent à fabriquer une ambiance très pure qui  tranche avec le spectacle de la noirceur des âmes humaines.

J'adore !

- Rigor mortis

Un homme qui vient de perdre femme et enfant, débarque dans un immeuble où il a loué un appartement pour y mettre fin à ses jours. Malheureusement ou heureusement pour lui, ce bâtiment n'abrite pas seulement des vivants assez spéciaux, mais aussi des fantômes et même un vampire (fabriqué par magie noire suite au décès de l'un des occupants).

C'est un film plein de petites nouveautés qui m'a beaucoup plu : les filaments qui entourent les fantômes, la première apparition, la façon dont est fabriqué le vampire, la bestiole en elle-même qui ne ressemble pas du tout aux vampires que nous connaissons tous., le scénario assez alambiqué... Sans compter quelques scènes assez dures dont une tout particulièrement. Bref ! A voir absolument !

- L'attaque des titans

Film tiré d'un manga que je ne connais pas et qui raconte, comme son nom l'indique, l'attaque des titans sur une petite ville qui se défend du mieux qu'elle peut.

C'est tout de même un peu flou comme scénario, mais ce flou fortifie la dimension surréaliste du film, et puis on suppose bien que la suite expliquera le pourquoi du comment de l'histoire.

Donc tous les 100 ans, ces vilaines choses gigantesques et monstrueuses et avides de chair humaine et au trois-quart complètement atrophiées du bulbe, entrent dans la ville pourtant fortifiée pour se disputer les autochtones (pauvres humains qui croient que quelques murs épais peuvent arrêter ces machines à bouffer).

C'est assez atroce comme ripaille, les effets spéciaux sont vraiment super chiadés, ma meilleure amie ne s'en n'est pas encore remise :)

Après la première visite des titans, un bataillon de soldats est envoyé vers les murs de la citadelle extérieure pour consolider le mur démoli et pour tenter de comprendre et détruire l'ennemi.

Je n'en dirais pas plus, sinon, qu'il faut le voir pour le croire ! Allez-y foncez, vous avez ma bénédiction !

- L'attaque des titans 2

Suite du premier opus dans lequel on a l'explication de l'existence des titans et du pourquoi de la chose. Dans la même veine que le premier, il n'y a pas de scène aussi trash mais cela reste un super film. A voir absolument !

A priori, un troisième volet existe, ce sera certainement pour l'an prochain grrrrr, je déteste ce merchandising !

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai visionné et j'ai aimé (avec quelques réserves) :

- The unborn aka the mother

Film thailandais (c'est un bon petit film de  simple fantôme vengeur comme je les aime, rien de plus rien de moins.

SPOILER !!!

Les vilains sont punis, et la junkie devient une maman au top  :)

- Unborn

Film américain de 2009 (à ne pas confondre avec le film Thai  de 2003 - The unborn, ni avec le long métrage américain de 1991  du même nom). Je me suis laissée avoir, c'est pour cela qu'il se trouve ici.  Celui -ci est un film américain assez ennuyeux à part un passage ou deux plutôt gores :)

- The grudge 2 : :)

- The Grudge 3

Film américain (on prend les mêmes et on recommence) mais ça se laisse bien regarder :)

- Death bell

Une classe de surdoués fait des heures sup. pendant leurs congés scolaires. Mais les élèves se font dégommer par une fantôme sérial-killer/sociopathe qui pousse le vice jusqu'à mettre en scène ses crimes sous forme d'un jeu.

Mon "oreillette" (elle se reconnaîtra)  me dit qu'il y a eu d'autres films dans cette même veine, mais death bell était-il le précurseur ?

Dans ce cas, cela lui confère une certaine aura qui le fait remonter direct dans les "j'ai adoré" ! Dans l'autre, c'est juste un bon film ! :)

- Kairo = Pulse dans sa version américaine :) 

- Chakushin Ari :) la mort en ligne  : que je trouve plus effrayant que sa version américaine - one missed call :)

- one missed call 2  : du réchauffé...Avec quelques rappels de Ringu :)

- one missed call 3 final :

Pour une fois on se place aussi du côté du "fantôme", ça change un peu...:)
-
Forbidden siren

Le bruit de cette sirène, fil conducteur de l'horreur, résonne encore dans ma tête. Malheureusement, c'est aussi le seul souvenir que je garderais de ce film.

- Marebito

Pas tout compris dans cette descente aux enfers façon supra naturel) :)
- The wig

En plus d'avoir le cancer et de perdre ses cheveux à cause de la chimio, la pauvre héroïne se voit offrir par sa soeur une perruque maléfique. C'est vraiment pas de bol ! :)

- Tale of two sisters

Film angoissant avec une fin bien trouvée, mais il ne m'a pas secoué plus que ça :)

- Acacia

Pas du tout un film d'horreur et on voit venir de loin la fin, mais j'ai aimé le scénario :)

- Into the mirror :)

(j'ai vu la version américaine, faut que je teste l'autre avant de donner mon avis)

- Infection

Bonne surprise que ce film -pas de fantôme- dont la fin me laisse un peu...sur la faim...:)

- Buddhinsbba

Lasses d'être la cible d'un groupe d'étudiantes agressives, des jeunes filles demandent l'aide d'un esprit afin d'éradiquer leur problème (entendez par là, la mort pure et simple de leurs ennemies jurées). Elles ignorent qu'elles vont permettre à une malédiction de se réaliser. L'une d'entre elle est alors possédée par le fantôme d'une ancienne étudiante, tuée 30 ans auparavant. Dans le même temps, une jeune prof débute son premier jour dans le lycée.

Etant donné que me voici bien meilleure en anglais que lorsque j'ai commencé ce post, j'ai pu revoir ce film et lui rendre ce qui était à César...Finalement j'ai pu mettre un scénario sur les images, et du coup, j'ai inventé un terme spécifique à ce type de film : la Cursifixtion...(vous vous souviendrez bien hein, c'est moi qui l'ai inventé ! : )

Une fois de plus, la fin de l'histoire (encore et toujours cette maudite fin) n'est pas à la hauteur du reste du film...Mais serait-ce donc ça la malédiction des films d'horreurs asiatiques ?

- The eye 10

Quatre jeunes gens décident de suivre les recettes d'un livre afin d'entrer en contact avec des fantômes. La mauvaise nouvelle pour eux c'est qu'ils tournent dans un film d'horreur et que cela va forcément mal finir. Et c'est tant mieux pour nous, car le scénario est pas mal foutu, même si la peur est absente, l'ambiance glauque est bien rendue (avec un passage humoristique de la 4ème dimension, mais bon).

- Cinderella

On se demande pendant une bonne moitié de film, le pourquoi du titre... C'est plutôt la bonne surprise.  Je me suis tout de même laissée prendre par le scénario qui commence par du fantastique continue dans le drame familial sauce horreur et se termine malheureusement de façon assez...assez...heu...du genre : il faut vite finir, y a le plateau de tournage qui crame... :)

- The Ghost train

Cette fois ce n'est pas une cassette vidéo qui est à l'origine de la malédiction mais un ticket de métro nominatif...Sans trop vous en raconter, on reprend le fil conducteur de Ring et on l'adapte, mais le tout enrobé de mièvreries et de bonnes intentions. Non, tout n'est pas aussi pourri dans le royaume de l'horreur ! 

C'est bien filmé, le suspens bien distillé, une scène prometteuse vers la fin mais qui ne tient pas ses promesses, dommage ! Les dernières secondes laissent un goût de "y manque quelque chose"...A oui ! Il manque la très mauvaise, désagréable surprise qui font la marque des films du genre. :)

- Cello

Où l'on suit les mésaventures d'une enseignante, ancienne joueuse de violoncelle, bien sous tous rapports, vivant dans une charmante petite famille, mais poursuivie par un fantôme machiavélique qui va s'acharner à détruire tout ce qu'elle a.

Au fur et à mesure du film, on découvre la raison de cette animosité, ce qui ne rend pas le personnage principal sympathique. Surtout que ses réactions ne vont pas aller en s'arrangeant. (c'est pas spoiler ça ? )

J'ai bien aimé la façon dont est monté le film, où l'on va à reculons pour mieux avancer et le fait que ce qui parait être de prime abord le moins dangereux, est en fait le plus néfaste. Un bon point !

- 3 Extrême

Trois histoires aussi sombres et déprimantes les unes que les autres. Je ne suis pas fan :(
- Redeye

Ou le-train-fantôme-de-la-mort-qui-tue...Bien filmé, belles images, quelque fois des passages très très sombres, et quelques flous dans le scénario lorsqu'il s'agit d'expliquer les évènements (surtout vers la fin) :)

- Noroi the curse

Un homme qui enquête sur plusieurs faits paranormaux, se rend compte qu'ils sont tous liés à la même malédiction. Aidé par deux médiums, il remonte morts après morts sur les traces d'une femme et de son fils, responsables de cette "curse" (pour ne pas me répéter).

Filmé à la façon d'un documentaire live, c'est un film hyper glauque tant au niveau de l'ambiance générale que de l'histoire et de certaines images assez fortes. Dépressifs, passez votre chemin :D

- Hair extensions

Après "the wig", voici encore, dans une ambiance plutôt glauque, une histoire de cheveux qui sortent par tous les pores de la peau. Efficace avec quelques tentatives d'humour et un passage vraiment marrant sur la fin. :)

- Uzumaki (Vortex)

Une atmosphère un peu étrange, quelques belles images avec des effets spéciaux inédits... L'histoire : à l'approche d'une tornade, les habitants d'un petit village deviennent subitement obsédés par les spirales et se transforment...(J'ai eu la sensation d'y voir là, l'ombre de l'irradiation)  Une curiosité :)

- Abnormal beauty

Il s'agit d'un thriller un peu horrifique et évidemment sans un poil de drap de lit de fantôme. Un film bien tourné, de belles images, une histoire qui se suit bien même si je trouve le personnage central assez peu crédible. Le synopsis : une photographe qui se découvre un penchant pour le morbide pète un câble. J'eusse préféré que la donzelle devienne elle-même un sérial-killer plutôt que d'en être la cible...

SPOILER !!!

et comble du comble, ça se finit bien (pour elle en tout cas). Décevant mais superbement tourné, y a pas à dire. :)

- The cat

Des chats y en a pleins dans ce film et les pauvres ne sont pas toujours nés sous une bonne étoile.
L'histoire : vous adoptez un chat, vous adoptez le fantôme (en l'occurrence c'est une petite fille) qui va avec et gare à vous si vous faites du mal au  félin !

Le principe, toujours le même, retrouver le corps qui va avec le fantôme pour vous sauver de ses griffes (qu'elle a très longs d'ailleurs).

J'ai aimé, les quelques effets spéciaux, le scénario, l'histoire. Ce n'est pas le film d'horreur du siècle, mais il est pas mal du tout, et puis il m'a même tiré les larmes des yeux vers la fin. Ce que j'aime pô les gosses qui souffrent !!! :):)

- My left eye sees ghosts

Plutôt une comédie romantique avec des fantômes, mais cela ne m'a pas empêché d'aimer ce film très sympathique au demeurant. A voir pour le plaisir et les larmes. :)

- Shibaya kaÏden 1 et 2 

Ou la malédiction du casier n°9....Dois-je résumer ou bien le mot malédiction se suffit à lui-même ? Bon allez,  je résume, ça me fait plaisir !

Un vilain bébé vengeur s'en prend à tous ceux qui ouvrent un  casier situé à Shibaya (un quartier ?) portant le n°9.  Devinez quoi, le vilain garnement a une vilaine tignasse noire et des vilains yeux de bébé vengeur et il et très méchant parce que même quand on pleure sa mort et qu'on l'aime, et bien il s'en fiche ! Il se venge quand même ! Cela ne vous rappelle rien ?

J'aime cette façon de filmer très angoissante parceque à la manière d'un huit-clos dans une ville surpeuplée. C'est ainsi que l'on se sent lorsque l'on est dans la mouise, je l'ai vécu.

Deux films qui se laissent regarder (quoi que j'ai un peu faibli sur le second, je me suis fait cuire des gambas à l'ail et au persil...Un régal), des scènes sympathiques sans être trop violentes...

SPOILER !!!

...une morale qui ne sert à rien puisque c'est toujours le fantôme qui gagne. Il est vraiment vilain ce fantôme mais il est trop fort ! :)

- Forbidden flour

Sympathique film de revenante vengeresse, dommage qu'elle soit encore brune avec de longs cheveux et de vilains vilains yeux, et qu'elle marche de façon désarticulée en faisant un grinçement pénible (ça vous rappelle quelqu'un ? Je vois pas !
- Curse death and spirit

Trois petites histoires d'horreurs gentillettes. Alors vous me direz, gentillette ne rime pas avec horreur mais ça s'explique, le film date de 1992, c'est pas tout jeune... Ce qui nous faisait peur hier, nous fait rire aujourd'hui et vice-versa !

C'est tout de même la première oeuvre de Hidéo Nakata et rien que pour ça, il faut le voir.

- Yoga

Le scénario....Mais y en a-t-il un ? : Un groupe de femmes fait  un stage intensif de yoga durant une semaine, stage au bout duquel, la meilleure d'entre elle devrait éveiller sa  Kundalini....

En fait de film, le scénario abracadabrant ne va faire qu'empirer jusqu'au générique de fin et c'est vraiment très dommage car les images sont belles, certaines scènes de yoga sont impressionnantes et certains passages intéressants. Je me demande si ne je vais pas me mettre au yoga moi....

- Secret Sunday

Difficile de résumer ce film parce qu'en fait, je ne suis pas sûre d'avoir compris de quoi il parlait...

Il débute par une belle scène d'horreur qui te scotche à l'écran avant même le générique de début. Ensuite, c'est le grand vide pendant....Presque tout le reste du film en fait...:( Mais les acteurs principaux sont jeunes, ils sont beaux et le charme de  l'ambiance genre road movie sur les traces ou  poursuivis par des fantômes m'a gagné peu à peu. Il s'en dégage une certaine poésie entrecoupée d'horreur, de tristesse. Un medley d'émotions gâché par un scénario plutôt flou. Encore un dommage...

- Naraka

Un jeu sur téléphone portable est à l'origine des morts. Je ne dirais pas que ce n'est pas vraiment un film horrifique, c'est plutôt simplet avec quelques belles images et un acteur canon aux yeux verts, que l'on ne voit pas assez à mon goût (sic)...

- The doll master

Quatres personnes se retrouvent dans une maison regorgeant de poupées afin de servir de modèles  et vont finir par être la cible de l'une d'entre elles, aidée dans cette tâche par les maîtres des lieux.

Encore une histoire de vengeance avec quelques bons passages qui m'ont donnés des sueurs froides.

Une impression résiduelle tout de même que le scénario n'est pas aboutit comme lorsque l'on veut raconter une histoire, il sert plutôt de prétexte à de belles images et à quelques scènes assez fortes ma foi, comme beaucoup de films que j'ai pu visionner dernièrement d'ailleurs....

- Someone behind you

Une malédiction pousse les gens qui ressentent de la haine à tuer l'objet de cette haine. En l'occurence, il s'agit d'une jeune fille dont la vie bascule lorsqu'elle doit se défendre contre son tout entourage,  que ce soit la famille, les amies, les profeseurs de son école.

J'ai trouvé l'idée plutôt bonne et bien mise en scène, quelques scènes bien sympathoches. :)

- Haunted office :

Dans une société au 12ème étage d'un immeuble, les morts s'accumulent suite à la présence de fantômes.

Dans l'idée que les fantômes ne sont pas ceux que l'on croit, c'est pas mal. Un des personnages, complètement loufoque aurait bien pris place dans la case des "inclassables". Malgré un passage à prendre au second, voire au troisième degré, j'ai aimé. :)

- Tokyo night paranormal activity 

Suprise par ce film, je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé. J'ai vu le premier opus de la version américaine qui m'a bien fait rire et je m'attendais sans doute à ce qu'il soit aussi désespérément plat. Erreur, il y a un peu de ringu dans ce remake et rien que pour cette raison, il marque des points. Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à sursauter, mais quelques scènes sont sympathique et j'ai aimé tout particulièrement la fin.

- Suicide club

Des jeunes se suicident en masse, comment ? Pourquoi ?
Pas d'esprit dans ce film qui l'aurait pourtant grandement mérité ! La base est originale et malgré certaines scènes assez gores (vous savez  bien que je ne les aimes pas), je me suis laissée embarquée dans l'histoire, dans le mystère. Malheureusement, j'ai l'impression que celui-ci était tellement insondable que même le réalisateur n'a pas réussi à le percer. Du coup, au bout d'une demi-heure on tourne déjà en carré de l'hypoténuse et on est bien content qu'il y ait certaines scènes gores pour donner de l'intérêt,  voire du sens, au film. Ca finit en grand rien du tout. "Ca craint du boudin" comme dirait quelqu'un que j'aime bien. Dommage, on est passé un peu trop loin d'un  bon film...

- White eyes Shirome

Où l'on suit un groupe de jeunes chanteuses en fleurs qui vont vivre de grandes frayeurs en partant sur les traces d'un fantôme tueur, susceptible d'exaucer leur voeu pour peu qu'elles aient un esprit pur...
Tourné façon documentaire, il s'agit encore d'un film où il ne se passe rien et qui n'a absolument rien coûté en effets spéciaux, si ce n'est une sur-impression d'image ça et  là. Mais ça c'est encore le meilleur ! Le plus difficille étant les réactions complètement surréalistes des jeunes filles qui parraissent avoir 5 ans d'âge mental.

Alors qu'est-ce que j'ai aimé ? Le côté réaliste du film est assez bien fait, attisant ma curiosité, satisfaisant mon petit côté voyeuse qui se renie, je l'ai suivie sans voir passer le temps, et ça se n'est pas rien !

- Blood the last vampire 

J'en avais un peu marre des fantômes...Un petit film bien sympathique sur une chasseuse de monstres, qui finit un peu en queue de boudin, c'est bien dommage mais il se laisse bien regarder tout de même, alors, pourquoi se priver ?

- Re Cycle 

Nous fait entrer dans une autre dimension, celle dans laquelle nos finissent les choses, les pensées, les écrits dont nous ne voulons plus. Les côtés sombres de ce film sont extrêmement bien faits, le rendu est sombre et j'ai vraiment crû être tombé sur une perle ! La chute fut rude...L'auteur ayant eu peur de sa propre noirceur, modifia le scénario en une histoire plutôt simplette et naïve saupoudrée d'effets spéciaux angoissants et de superbes images.

- Echo

Petite déception, encore un étage maudit par une famille entière cette fois. Du coup, je n'ai même plus envie de regarder la version Philippaine. Ce film n'apporte aucune pierre à l'édifice., aucune surprise, aucune nouveauté au genre, rien. C'était bien la peine de faire un remake...

- Sigaw

Un peu plus abouti que sa version 2012, j'ai trouvé Sigaw plus crédible que Echo dans sa façon d'être tourné, dans les réactions des personnages. C'est plus ou moins la même histoire, mais il y a une forme de véracité qui n'existe pas dans l'autre. Ou bien, je suis véritablement, définitivement, de mauvaise foi en ce qui concerne les remakes américanisés...;)

- TV show 

Hidéo Nakata aux commandes de ce film qui fait penser au livre d'Agatha Christie "les 10 petits nègres", version jeux téléréalité. L'histoire donc : 10 personnes se font enfermer volontairement dans un sous-sol pendant 7 jours pour une somme d'argent conséquente. Comme on s'y attend, les morts s'accumulent et il faut essayer de deviner qui joue avec qui et qui est le prochain sur la liste. C'est bien fait, un peu convenu, le gentil est vraiment geignart et le méchant est un put--in de beau gosse. Je dirais quand même : peut mieux faire !

- The maid

ou le destin d'une jeune fille au pair fraîchement arrivée en chine chez ses patrons pendant les" sept mois chinois", période durant laquelle les portes de l'enfer sont sensées être ouvertes et les esprits réclamer vengeance. Ne comptez pas avoir peur, pourtant c'est un film simple, qui se suit sans ennui, voire même qui peut réserver quelques surprises.

- The spiritual word

Une jeune femme qui voit des esprits, un jeune homme qui veut savoir pourquoi son père s'est suicidé, et des fantômes en veux-tu en voilà.

Plutôt pénible dans les prises de vues tressautantes, les fixations constantes de la caméra sur le regard apeuré de l'héroïne, le tout dans une ambiance plutôt glauque, c'est un film pesant mais assez réussi dans le sordide.  Ils sont doués ces Thaïlandais...

- Face

Une reconstruction faciale sert de fil conducteur dans ce policier agrémenté d'un fantôme très touchant.

Bonne histoire qui se laisse suivre sans ennuis jusqu'à la fin, par contre les effets spéciaux sont  trop rares à mon goût. Je retiendrais la beauté qui se dégage de l'assistante et qui a elle seule donne une sacré aura au film.

- GP (comprenez le guard Post)  506

Des soldats sont tués dans un poste de garde situé entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Une escouade de militaires venus enquêter et récupérer les morts afin d'enterrer l'affaire (ils sont vilains ces Coréens !), va découvrir alors qu'un virus virulent et violent les transforme peu à peu en monstres assassins.

Le film n'est pas mal du tout malgré un certain foutoir (et puis ils sont virils, ils sont beaux ces Coréens, je ne m'en lasse pas !)

- Phobia 1 et 2

Plusieurs histoires de fantômes par films.

La deuxième histoire du premier opus vaut à elle seule le détour.

Le second film est plus recherché, j'y ai trouvé une certaine poésie (1ère histoire) et de l'humour (gros rappel du 1 dans la dernière histoire qui m'a d'ailleurs bien fait rire).

Oui, vraiment, mis à part quelques scénarios un peu faiblards, des fins d'histoires qui tombent à plat,  j'ai aimé !

- Ladda Land 

Une famille s'installe dans une un quartier résidentiel et c'est le début de la fin. De morts en fantômes, la crise familiale s'aggrave pour finir par le décès de l'un d'entre eux.

Le film n'est pas effrayant mais pesant et triste. Ceci dit c'est un vrai film avec un vrai scénario (ça change de celui que j'ai vu précédemment).

- Tales from the dead

Une médium prend dans sa voiture une femme dont on ne sais pas grand chose, sinon qu'elle n'a pas l'air sympa et qu'elle est en panne en pleine nuit sur le bord de la route. La conductrice raconte alors à sa passagère des histoires de fantômes vécues ou non par elle-même.

Des histoires pas toujours très convaincantes, plutôt simplettes, mais j'ai aimé le principe de la médium qui venge les fantômes assassinés, avec une fin comme on pouvait s'y attendre....

- Tormented

Une famille déchirée par la culpabilité suite au décès de l'un d'entre eux, oscille entre la folie et l'horreur.
Après le lapin crétin, voici maintenant arrivé le lapin de l'épouvante qui sert de fil conducteur à ce drame. Il faut dire que c'est assez angoissant et je ne vous cache pas que j'ai déjà viré ma peluche aux longues oreilles de l'appart...Juste au cas où  !

- Prémonition

Où l'histoire d'un journal qui prévient d'une mort imminente, deux minutes avant celle-ci...Un couple et sa fille vont faire les frais de "cette chronique d'une mort annoncée", de façon dramatique.

Le film est un tantinet longuet (j'ai mis sur pause à plusieurs reprises), il est émouvant, angoissant, mais pas effrayant. Les dernières scènes font beaucoup penser à l'effet papillon, mais la mort réclamera son dû quelque soit le choix du destinataire du journal, et le journal, trouvera lui une autre victime (il n'aura pas à aller très loin d'ailleurs...) Pas de bol, c'est le "fate"

- The Soul Guardians

Il ne reste du suicide en masse d'une secte, qu'un bébé extirpé in extrémis du ventre de sa mère. 20 ans après le bébé a grandi et est devenu une belle jeune fille, malheureusement courtisée par le diable himself !  On connait la suite, si le diable réussi à la posséder, c'est la fin du monde garantie ! Pour le contrer, une bande armée constituée par  : un prêtre, un gosse, un homme... et quelques pouvoirs magiques...Ouf !

Le film est assez complet, je ne m'y suis pas ennuyée, mais le scénario reste basique, habituel et prévisible (pour vous dire, j'ai carrément eu l'impression de voir un film américain ! )

- Nightmare 

Une jeune femme médecin fait le même cauchemar toutes les nuits depuis son enfance, suite à la mort de ses parents. Elle y est poursuivie par une femme aux cheveux et aux ongles longs et noirs. Sa soeur, médecin elle aussi, la suit médicalement. Celle-ci attend un enfant d'un docteur, ancien petit ami de la rêveuse.

En fait, il ne se passe pas grand chose dans ce film et pourtant il se laisse regarder sans ennui.

Petit message perso puisqu'il n'y a rien de plus à dire :

S'il existe sur cette planète,  le même homme (caractère, physique et tout et tout) que celui qui joue le rôle du futur petit copain de l'héroïne, qu'il m'écrive, je suis partante pour faire un bout de route avec lui, voire même jusqu'au bout de la route.

- 3 AM

Trois histoires de fantômes, sans surprise mais qui se suivent sans ennui.

- Whispering corridor 3

Dans une école d'art, il existe un escalier de 28 marches qui exauce un voeu si sa 29ème marche apparaît. Un grand prix de danse amène une élève à détester sa meilleure amie et à provoquer accidentellement sa mort après avoir fait un voeu sur ledit escalier. Une autre jeune fille légèrement attardée fait voeux (toujours par le même biais) de voir revenir la morte. Celle-ci revient, mais évidemment pas avec les meilleures intentions du monde.

Le film est assez lent et il ne s'y passe pas grand chose finalement, mais c'est un pas grand chose, qui ne laisse pas indifférent. Il y a une belle ambiance, une façon de tourner que j'ai trouvé assez sérieuse et crédible. J'ai tout particulièrement aimé le rôle de la fofolle (je l'ai trouvé très bonne) et la fin.

- Dark tales of terror from Japan 

Encore des histoires d'horreur, dont la première réserve quelques belles images de semi-femme ou homme araignée. La dernière avec des fantômes qui viennent visiter des futurs morts est originale. Oui, à voir donc ! (youtube) 

  - Phone

Une jeune écrivain reçoit les menaces d'un malade mental sur son portable suite à une de ses publications, mais aussi des appels étranges venus d'ailleurs...Dans le même temps, sa nièce de 5 ou 6 ans écoute l'un des ces messages et change de comportement. Elle devient agressive envers sa mère et possessive avec son père. L'écrivain se rend compte alors que tous ceux qui avaient ce numéro de tél avant elle mourraient prématurément.
Encore un téléphone qui porte malheur, sauf que cette fois, le méchant n'est pas celui qu'on croit ! Une bonne histoire de fantôme sur fond de thriller/policier. Ne pensez tout de même pas avoir peur, mais la réalisation est soignée et le film est de bonne qualité générale. La môme est  super mimi malgré ses mimiques (très convaincante d'ailleurs !) J'adhère !

- 49 jours

Un commerçant part de son village en laissant femme et enfant afin d'ouvrir un magasin d'herbes médicinales en ville. 4 ans après, alors qu'il s'apprête enfin à rentrer, un incendie criminel ravage ses locaux de commerce et tue 7 de ses employés. Suite à l'enquête, le commerçant est condamné à mort.  La jeune avocate chargée de le défendre, le fait évader et ensemble, ils retournent dans le village du jeune homme où celui-ci retrouve sa fille et sa femme....

Comment faire un résumé, quand on ne peut que mentir en l'écrivant ! Pas facile ! C'est un bon film, avec une bonne intrigue, des rebondissements à tout va ( en particulier j'ai passé du temps devant l'écran à me demander où était le fantôme)....Je n'en dirais pas plus sinon que, bien qu'il ne soit pas horrifique, ce film est à voir !

- Tale of the unusual

4 histoires effectivement pas banales : un crash d'avion avec des survivants dans le blizzard, un téléphone portable dans le japon médiéval, un jeu d'échec thérapeutique contre une machine et une simulation de vie de couple pour des jeunes désireux de se marier.

Encore un film intéressant et très sympa à voir. J'y ai pris beaucoup de plaisir. Je vous le conseille et en plus il est sur youtube lui aussi !

- Hometown Legends (Return of the Gumiho)

Article wikipédia : À en croire les contes coréens, un renard qui vit mille ans se métamorphose en kumiho. Il peut se transformer comme il veut, et entre autres en une belle fille, souvent dans l'intention de séduire les hommes. Il existe de nombreux contes où apparaît le kumiho. On peut trouver plusieurs d'entre eux dans l'encyclopédique Abrégé de la littérature orale coréenne.

Des jeunes filles en fleurs tuées par leur propre frère au moment de leur puberté, devant tous les hommes de la famille, c'est horrible ! Sauf si ces jeunes filles n'en sont pas tout-à-fait....Ou bien, que ces hommes  sont des purs misogynes et qu'ils ont trouvé une foutue excuse pour se débarrasser des femmes de leur famille...

1h10 à peine de film, j'aurais aimé qu'il soit plus long, parce que c'était vraiment bon. Seul bémol : les 10 dernières minutes  avec des effets spéciaux antédiluviens et une fin douteuse. (en fait, il aurait vraiment fallu qu'elle les butte tous ces espèces de misogynes attardés ! J'ai dis ! :)

- Silk

Une équipe de chercheurs fait des études sur le contrôle de la gravité. Dans le cadre de ces recherches, ils ont réussi à capturer le fantôme d'un enfant. Le directeur engage un flic supra doué pour découvrir qui est cet enfant et comprendre l'existence des fantômes.

Tiré par les cheveux le scénario ? Pas qu'un peu ! Mais on se laisse embarquer pour un beau voyage. J'ai eu un peu de mal à prendre les acteurs principaux au sérieux (le directeur des recherches et le flic), mais l'histoire est intéressante à suivre, les effets spéciaux sympas. Ceci dit, avec une fin encore plus tirée par la tignasse que le film lui-même, je peux vous dire que j'ai mal au crâne !

- Body number 19

Un jeune homme fait des cauchemars dans lesquels il est poursuivi par un fantôme (attendre tout de même 30mn de film avant la venue de le-dit fantôme) et une espèce de chat miteux (même pas un vrai d'ailleurs mais une image de synthèse).

Suite à une hallucination il se coupe le doigt et  sa sœur l'emmène chez un médecin qui lui conseille illico de consulter un psy.

Pourquoi donc se demande-t-il (et nous avec), consulter un psy pour une coupure ? Il faudra attendre la fin du film pour pouvoir le comprendre. En attendant, le scénario nous aura baladés de meurtres en fantômes jusqu'à ce qu'enfin la vérité éclate au grand jour. C'est plutôt bien foutu, mais pas mémorable.

- The occupant

Une immigrante chinoise partie au canada, revient dans son pays d'origine pour sa thèse sur les superstitions. Elle trouve par l'intermédiaire d'un agent immobilier/vendeur de voitures, un appartement pas cher. Celui-ci est évidemment hanté. Grâce à l'aide de l'agent et d'un policier, elle va découvrir qui est l'esprit et la raison de sa présence.

Un film sympathique qui ne se prend pas la tête, c'est toujours agréable. Il y a toujours autant de mimiques, mais elles ne sont pas poussées. C'est léger, agréable. Question : mais qu'est-ce que ça vient faire dans les films d'horreur ? Ben, c'est ça la réserve Embarrassé

 - The haunted appartments

Un père (alcoolique depuis la mort de sa femme) et sa fille, emménagent dans une résidence. Dès leur arrivée, les occupants de l'appartement voisin s'en vont comme s'ils avaient le feu aux fesses.

Il existe une règle à respecter dans ce bâtiment : celle de rentrer avant minuit tous les soirs. Seule et unique punition à l'infraction de cette règle : la mort. La jeune fille va alors découvrir la présence de fantômes et va chercher à comprendre la raison de cette malédiction.

Encore une fois, l'idée est bonne et l'on comprend ce que cette malédiction entraîne comme conséquences et comme sacrifices du fait de l'impossibilité d'aller et venir librement. C'est intelligent comme scénario je trouve. On découvre à la fin ce qui lie le fantôme et la jeune fille et on se dit qu'il peut être bon d'avoir un fantôme dans sa poche...Les réserves sont dues au fait que le film ne m'a pas transporté non plus comme peuvent le faire ceux que je mets dans la série des "j'ai adoré".

- Gong Tau

Une mauvais sort thaïlandais est jeté contre la famille d'un policier. Son enfant meure et sa femme, torturée et en douleur est hospitalisée. Le sort s'appelle le "gong tau" et le policier doit retrouver le magicien qui l'a jeté avant sa mort, car alors la malédiction serait éternelle.

C'est un vrai film d'horreur car tout ce qui y est filmé est monstrueux du début à la fin. IL est malsain à souhait, tout comme ses personnages, y compris ceux sensés représenter la loi. L'impuissance des "gentils" à se défendre des "méchants" et à protéger leur famille, est vraiment la pire malédiction qui soit. Ceci dit, même les "gentils" se trimballent des casseroles qu'ils doivent payer tôt ou tard. Est-ce là la morale du film ?

- H2-OH

Alors qu'elle est poursuivie par un fantôme, une jeune femme est percutée par un ambulance dont le conducteur est une sorte de secouriste inconséquent. La jeune file perd la mémoire mais est toujours poursuivie par des fantômes qui se déplacent avec l'eau. L'ambulancier qui a causé l'accident est chargé de lui tenir compagnie et va tenter de l'aider à retrouver la mémoire et comprendre le comment du pourquoi, ainsi que le policier chargé de l'affaire.

Un film qui ne se prend pas au sérieux, avec des personnages plus bizarres les uns que les autres, et un héros tellement laid mais tellement nature qu'il en devient plaisant. A voir pour le fun.

- Hayanbang

Un site internet porte malheur et provoque la mort des jeunes femmes qui s'y rendent après les avoir fait accoucher alors même qu'elles n'étaient pas enceintes. Une journaliste suit pendant quelques heures un policier qui mène l'enquête. Elle est amenée évidemment à aller sur le site malfaisant et donc à encourir la malédiction. Il reste 15 jours au duo pour trouver la vérité vraie avant que la journaliste ne meure.

Donc voici la recette pour s'en sortir : petit a)  trouver la raison de la malédiction, petit b) le corps du délit, petit c) l'enterrer pour le faire reposer en paix, puis petit d)  verser quelque larmes pour attendrir l'esprit et espérer y échapper. Tout ça pour rien puisqu'au final,  l'esprit qui est un petit  malin, revient....Encore et encore, film après film, sans repos ni humour...Ils sont vraiment pénibles ces fantômes des fois !

- The monster

Un couple et leur enfant emménage dans une résidence mais l'enfant est enlevé pendant un anniversaire. Les parents vont passer le reste du film à chercher leur fils qui est aux mains d'une femme vivant au coeur même des bâtiments, dans les chaufferies, les poubelles et conduites d'airs.

Pas de fantôme mais une pauvre femme complètement dingue qui croit avoir récupéré son fils disparu quelques années auparavant. C'est un film finalement assez triste malgré le fait que la mère retrouve son enfant sain et sauf...Ah ! J'oubliais....

SPOILER !!!

Trop tard ! Mince !

- Help

Deux étudiantes en psycho sont en compétition pour devenir l'assistante d'un professeur renommé aux états unis. Dans le cadre de leur thèse, elles doivent étudier un cas : un homme dont la fille est morte et qui agit comme si elle existait toujours. Peu après avoir rendu visite à cet homme, l'héroïne commence à avoir des visions. Sa vie personnelle se détériore alors qu'elle tente de séduire son professeur afin d'obtenir le poste et occasionne une dispute avec son futur mari.

Un film bien construit autour de cette étudiante et de ses fantômes. La réalité est tout autre et je n'ai rien vu venir. Une bonne surprise mais qui ne m'a pas transportée.

- Haunted universities

A travers une nuit passée avec des urgentistes, plusieurs histoires d'horreur et de fantômes.

Elles sont pas mal ces histoires ! Le film n'est pas d'une qualité phénoménale, mais il se tient et se suit avec intérêt. J'ai aimé le fait que ces urgentistes soient le fil conducteur de ses histoires, dont une jeune femme qui communique avec les fantômes et dont les dires ne sont absolument pas remis en question, tant est forte la croyance dans ces pays. La dernière histoire m'a collé un certain malaise, rattrapé par le fait que pour une fois, le fantôme ne tue pas aveuglément n'importe qui sous prétexte de se venger, mais protège son amie et recherche ses tueurs pour leur faire passer un sale quart d'heure. Bien fait !

- Unholy women

Trois histoires : la première c'est "Rattle rattle" dont j'ai déjà fait la critique (dans les films que j'ai adoré), la seconde "Acier" raconte comment une jeune fille mi-fille, mi-sac, tombe d'un amour dévorant, du mécanicien qui travaille pour son frère, la troisième "l'héritage" montre les dangers de l'atavisme.

Vous savez tout le bien que je pense de Rattle rattle, "Acier" nous narre une histoire complètement saugrenue d'une sorte de monstre avec des jambes de jeunes filles...IL faut le voir, pour le croire. Quant à la dernière...

SPOILER !!!

Nous entraîner dans un infanticide sous prétexte d'hérédité, c'est pô terib :(

- 9-9-81

Une jeune femme vêtue d'une robe de mariée se jette du haut de son immeuble. A partir de là, 9 histoires de 9 réalisateurs différents abordent les tenants et les aboutissants du drame.

J'ai aimé ce film, il est intelligemment conçu, il est bien tourné, esthétiquement bien travaillé (comme la plupart des films asiatiques). Les scénarios sont logiques dans la compréhension des évènements, mais différents dans le sens où il est question d'un fantôme vengeur dans les 5 premières histoires (qui tue aussi des innocents), alors que les cinq dernières ne font intervenir le fantôme que pour signifier la culpabilité  des personnages.

Ne comptez pas avoir peur, mais tablez quand même sur la chance de regarder un bon film, ce qui n'est pas rien :D

 

- Are you here (film hong-kongais de 2015)

Une jeune femme enceinte qui ne souhaite pas garder son enfant, un petit ami accroc aux jeux et complètement irresponsable, le frère du petit ami qui pense avec sa queue, et une copine cupide, voilà le quatuor d'enfer du ce film de fantômes plutôt simpliste.  Heureusement, il y a la tata, magicienne au visage incroyable qui relève un peu le niveau moral de cette équipe perdante. Ces jeunes vont devoir faire face à leur propre fantôme ou mourir, voire les deux.

Je ne vais pas en dire plus,  je pense que le scénario est assez mal foutu avec pas mal d'incohérences. C'est dommage, il y a de belles images, une ambiance, un potentiel...

 

- Horror story 2

Je n'ai pas encore vu le un...Sorry !

En tout cas, celui-ci m'a bien plu. Trois historiettes (la troisième est carrément drôle) dans une histoire de base qui sert de fil conducteur. Un cadre dans un cabinet d'assurances, utilise les dons de voyance d'une employée fraichement débarquée afin de connaître la vérité sur des dossiers.

Ce film est agréable à regarder de bout en bout, les histoires se tiennent (sans être très compliquées sauf une), les images sont belles, c'est bien joué, oui, un bon petit film.

 

- The Priests (sud Coréen)

Où l'on suit les débuts d'un jeune diacre en matière d'exorcisme sous la houlette d'un prêtre gênant dont l'église aimerait se débarrasser.

Je crois bien que c'est la première fois que je vois un film d'exorcisme Coréen et je trouve qu'il s'en sort très bien. Le ton est sobre, juste, rien de surjoué et pas de renforts d'action et d'effets spéciaux toutes les 4 secondes. J'ai juste regretté que le côté comique du début n'ait pas eu de suite. En tout cas, je vous le conseille ! 

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

J'ai pô aimé

- God's left hand, devil's right hand

Un gosse qui a le pouvoir de voir l'avenir demande à sa soeur certaines choses à faire s'il devait mourir : trouver un téléphone rouge, prendre le train jaune, parler à une jeune femme vêtue de bleu avec un téléphone bleu et se rendre avec elle dans une maison blanche où vit une enfant qui ne peut pas marcher.

Avec ce genre de code couleur, impossible de se tromper. Pour un jeu de piste quoi de plus normal ? Pour un film d'horreur, c'est carrément moyen ! La meilleure partie étant quand même ce papa, qui pour distraire sa fille lui dessine des bd de crimes qu'il commet en réalité, histoire de se détendre après une journée de travail ! La pire partie étant quand le môme sort du cadavre de sa soeur et prononce la phrase qui donne vie aux morts ou tue les méchants (voir titre du film).

C'est mauvais....mauvais....et...encore mauvais.

- Evil dead trap

Une présentatrice télé reçoit la cassette d'une femme en train d'être torturée. Avec son équipe de tournage, elle se rend sur les lieux où bien évidemment, les membres se font tous tuer, sauf bien évidemment elle, gardée pour une fin tragi/comique.

Entre le film d'horreur gore et le fantastique gore, ce vieux long métrage (1988) aurait mieux fait de rester dans les cartons plutôt que d'être mis en scène. C'est terrible de voir l'assassinat du cinéma  en règle En pleurs!

- Down to hell

4 tueurs à gage en enlève un type et l'emmènent dans les bois pour une chasse mortelle dont il est le gibier. Heureusement pour eux, une fois mort, l'esprit de la victime décide de se venger illico et décime les tueurs un par un (je dis heureusement car ils vont pouvoir se racheter une conduite dans une nouvelle vie avant de faire trop de dégât à leurs karma  déjà bien abîmé Langue tirée ).

Une descente aux enfers de 46 mn pour un groupe de jeunes tueurs qui l'ont largement mérité. C'est de l'horreur gratuite sans aucun intérêt.

- Ghost system

Le film commence par une jeune fille enfermée dans un blocos qui se demande si elle est l'unique survivante du monde réel suite à une manipulation insensée de la science sur l'au-delà. Puis on remonte le fil du passé et on revient sur la disparition de sa meilleure amie et des recherches qu'elle commence avec l'ex petit ami de cette dernière après qu'ils aient reçu tous deux, la photo de quelques arbres dans une forêt.

Malgré une histoire intéressante à la base, j'ai subi ce film. Il aurait mérité un rythme plus soutenu, moins de blablas, plus d'angoisse, plus d'horreur, plus de fantômes, plus de musiques inquiétantes, plus d'actions, plus de morts....Enfin bref, il manquait tout ce qui fait un film d'horreur.

-  White the melody of the curse

5 jeunes filles forment un groupe musical médiocre, jusqu'à ce que l'une d'entre elle tombe sur le vidéo clip d'un groupe dont les membres sont morts brûlés lors d'un incendie. Leur manager fait une reprise du morceau du clip grâce auquel le groupe a alors un succès considérable. Dès lors, les filles vont se battre pour obtenir le premier rôle de chanteuse et  mourir les unes après les autres, poursuivies par une malédiction.

Pourquoi n'ai-je pas aimé ? Je ne m'en rappelle plus....Surpris Mis à part le fait qu'il ne casse pas des briques, que finalement le fantôme est plutôt sympa par rapport aux filles entre elles...Peut-être est-ce le milieu musical des bimbos qui ne me parle absolument pas ? Le point positif dont je me rappelle fort bien, c'est la fin...

SPOILER !!!

Quand la jeune fille se fait écraser par ses fans lorsque le feu se déclare dans la salle de concert. Elle est pô belle cette morale ?! Rigolant

- Vanished

Ou le jeu du chasse-pousse par lequel des gosses entrent dans une maison grâce à une litanie magique pour dénicher le pouce d'une jeune fille morte quelques années auparavant et sensé exaucer les voeux. Une des gamines disparaît et le garçon amoureux d'elle ne s'en remet pas, persuadé qu'elle est restée prisonnière de la maison. Lors d'une réunion d'anciens camarades de classe, il presse les participants à ce fameux jeu de réitérer l'expérience pour tenter de retrouver leur amie disparue.

L'idée de ce jeu de chasse-pousse est pas mal, mais le tournage n'est pas terrible lui.. Le personnage central m'a énervé dès le début avec sa mine attristée qu'il garde constamment pendant tout le film, la gamine joue assez mal (heureusement qu'on ne la voit pas souvent), et le film est ennuyeux. C'est dommage...

- The untold story

Le cuisto d'un resto (déjà assassin une fois) tue son patron et fait mainmise sur le restaurant, puis il sert la viande humaine de son ancien chef au clients. La police retrouve les restes de divers cadavres et enquêtent. Celle-ci les amène dans le restaurant où sévit le cuisto meurtrier.

Le même acteur que dans "Ebola syndrôme" quelques années plus tard. Mais autant "Ebola" était poussé à l'extrême et prêtait à rire (ne serait-ce que les mimiques exagérées du personnage principal), autant celui-ci ne m'a inspiré que du dégoût. La platitude du film est entrecoupée de scènes sordides qui n'ont d'autre but que de faire de l'horreur gratuite, quant au reste c'est assez débile autant les dialogues que le scénario.

- Doomsday book

Trois histoires : la première sur un virus qui créé des morts-vivants, la seconde parle d'un robot qui aurait atteint le nirvana et la troisième raconte comment une gamine qui commande une boule de billard n°8 sur internet cause la fin du monde.

Je ne suis pas fan du tout de mort -vivants mais je trouve que cette première histoire a le mérite d'aborder la notion de sensibilité ou non de ces "bestioles". Et quand je dis aborder, c'est de loin et dans le brouillard hein ! Mais ce sont des court-métrages, on peut difficilement faire mieux. La seconde ne m'a rien inspiré du tout. Je ne vois pas pourquoi l'illumination serait une exclusivité humaine, bien au contraire étant donné que nous sommes les seuls à penser...La troisième est plutôt marrante dans le concept et la gamine est adorable.

- Hitori kakurenbo

Un jeu circule sur internet, il s'agit d'une sorte de cache-cache avec un esprit que les participants ont appelé. Si l'esprit les trouve, ils meurent. Une jeune fille disparaît, une enseignante enquête.

Le film n'est pas prenant, ni intéressant. Il est bien trop mou et j'ai trouvé qu'il baignait dans un flou artistique bien pratique quand il n'y a pas grand-chose à raconter...

- The stewardess

Un scénariste couche avec une hôtesse de l'air qui s'avère être la fille d'un parrain de la mafia chinoise. Devenu par peur des représailles, le compagnon (ou plutôt chien de compagnie) de la jeune femme, il la trompe tout de même avec une autre hôtesse de l'air, sa voisine, qui est une japonaise psychotique.

Un film d'horreur à la sauce chinoise qui mélange avec peu de succès, le burlesque et l'horreur. Les mimiques sont tellement appuyés que ça en devient pénible, l'histoire est abracadabrante du début à la fin, les personnages n'ont aucun relief. La seule qui je trouve, tire son épingle du jeu, est l'hôtesse psychopathe et son rôle se borne à sourire de façon sadique tout au long du film et à répéter bêtement son nom et son métier ! Alors je vous laisse imaginer le reste !

- Ju-Reï - The Uncanny

Est-ce bien utile de raconter une fois de plus l'histoire de Ju-ReÏ ? Le fantôme qui tue pour se venger d'être mort sans discernement aucun ? Non ! C'est heureux ! Je passe donc directement à la critique...

Le fantôme se refile comme un virus et chaque "fantômisé" devient à son tour "fantômiseur" (vous retiendrez le terme, il est de moi hein !Cool). L'intrigue est bien menée. L'originalité du film vient du fait que c'est un décompte à rebours qui nous emmène du dernier mort au premier. Il faut donc suivre le film de Z à A pour comprendre qui a choppé le premier le virus "fantômortel" (je prends 5% de franchise pour les nouveaux mots estampillés Tess Langue tirée)

C'est vraiment, mais vraiment, super dommage que les effets spéciaux soient aussi mal fichus car il font perdre tout le charme du film. J'ai dit !

 

- Alone  : film Thai que j'avais déjà vu :(

- Ju on 2 :  du grand n'importe quoi:(

- Cure  : thriller plutôt avec un sérial killer :(

- Mémento mori  : (dont je cherche encore l'intérêt):(

- Audition : (polars aussi avec sérial killer) :(

- Réincarnation : :(
- Ring 1 : :(

- Ring 0 : :(

- Ju Rei la malédiction : bon début pour finir en déjà vu :(

- Gozu : un truc de dingue, ennuyeux :(

- Appartement : rien de folichon :(

- Art of the devil  :  très médiocre:(

- The evil twin : surprise par la fin donc :)
- Loft  : Une écrivain part à la campagne dans une maison où est morte assassinée une jeune femme (mais ça elle l'apprend bien plus tard)  et pile en  face d'un archéologue amoureux d'une momie...Bref, c'est tortueux à souhait mais ça ne casse pas la baraque question angoisse, et puis alors la fin...Je n'ai pas compris :(

- Imprint : une histoire assez glauque sur fond d'inceste, de gémellité siamoises digne de science fiction, avec un brin de torture et des paroles à n'en plus finir.  Portenawak ! :(

- the unborn child : décidément encore une histoire sur fond d'avortement...Où d'ailleurs il ne se passe pas grand chose et où l'on y voit encore moins que rien. Il n'a pas du coûter cher en effets spéciaux celui-là...:(

- The suicide manual : bon, pas vraiment un film d'horreur, ni de fantôme d'ailleurs. Alors qu'est-ce qu'il fait là ?

Au départ, j'ai eu l'impression que c'était une énième réplique du Ju on : des jeunes poussés au suicide par un dvd maléfique contenant l'âme de la présentatrice du dit dvd. Finalement, sans renier pour autant cette possibilité, on en passe bien loin et il faut se contenter d'une croyance selon laquelle l'âme d'un suicidé se raccroche à un vivant et le pousse à son tour au suicide. Si je me fend d'un long commentaire, c'est que quelque part ce film m'a touché. J'ai trop longtemps été une morte-vivante pour ne pas avoir été sensibilisé à la chose.  

- Shutter one : ne pas confondre avec Shutter que j'ai adoré. Celui-ci est aussi une histoire de fantôme vengeur qui par le biais d'une pellicule photo cherche à atteindre son meurtrier. C'est un jeune photographe qui s'y colle mais ne peut empêcher le vilain esprit de tuer la famille de sa petite copine (elle compris). Je vous dis déjà la fin parce que j'ai trouvé ce film sans grand intérêt et les personnages jouent très mal. Les effets spéciaux ne sont pas terribles et il y a du copiage dans l'air. :(

- D Day : De jeunes filles en rattrapage de bac, étudient dans un bâtiment ayant brûlé 3 ans auparavant et commencent à voir des cadavres partout. 

J'ai eu vite l'impression que le film se déroulait en dehors du scénario, comme si le film se faisait un film ! (heu, ché pas si vous me comprenez...) Les réactions des personnages, les évènements n'ont pas grand chose à voir avec l'histoire et mis à part les visions des morts, le film se termine par une tueuse de masse. Allez savoir !

- Dark forest : Une forêt qui transforme ceux qui y perdent du sang en zombies tueurs. Beaucoup de blablas, beaucoup d'hémoglobines...Vachement long...

- The record : Je ne peux même pas faire une critique constructive étant donné que je n'ai pas pu rester devant le film plus d'une demi-heure tellement c'est naze... Je n'ai même pas envie de faire un résumé. C'est sur Dailymotion...

- Rétribution : une femme fantôme poursuit un policier  qu'elle accuse de l'avoir tué.

Ce film à l'ambiance plutôt glauque m'a laissé un certain malaise. IL ne contient pas plus d'action que de suspens ou d'horreur mais a fait remonter à la surface ce poison insidieux qu'est le sentiment de culpabilité. A voir donc si l'on est maso :)

- Bangkok haunted : 3 jeunes filles se racontent des histoires de fantômes... 3 récits se suivent et se ressemblent par leur manque total d'intérêt.  N'espérez pas avoir peur une seule fois avec ce film, la seule et unique monstruosité, c'est le doublage français...:'(

- Ghastly : qui signifie "horrible" en anglais. Une histoire de possession vengeresque dans le corps d'un gamin. Pas vraiment horrible, pas vraiment intéressant, bof.

- Whispering corridors 1 : le fantôme d'une jeune femme suicidée revient chaque année sous l'apparence humaine, hanter une école parce qu'elle veut une amie. Je me suis ennuyée pendant les 1h40 du fim....Que dire de plus ?

- Saddako 3D : je ne sais plus quoi dire...Pourquoi s'obstiner à faire des suites qui ne valent pas le quart de la moitié du premier opus ? On a beau modifier le fil de l'histoire, ajouter des effets spéciaux, blablabla... ça reste du réchauffé et pas de très bonne qualité. Mais bon, j'dis ça....

- Appartement 1303 : Une jeune fille qui vient de s'installer dans un appartement, se jette du balcon devant ses camarades. Il s'avère en fait que toutes les femmes ayant occupé ce logement sont mortes de la même façon.

Dire que je n'ai pas aimé ce film présumerait que j'ai éprouvé une émotion quelquonque en le regardant. En fait si,  je me suis prodigieusement...ennuyé. Et en plus c'est surjoué ! :D

- Le sorcier et le serpent blanc : il s'agti d'un conte "féérique" tellement mièvre que j'ai craqué au bout de15 mn de visionnage...A voir donc uniquement si vous avez moins de 10 ans.

- The letter of death : imaginez un fantôme vengeur qui pratiquerait le "destination finale" mais à un niveau largement inférieur à l'original et vous aurez une vague idée du film. Dans celui-ci les destinataires d'une lettre maléfique doivent résoudre une énigme et renvoyer cette missante missive à 29 autres personnes pour avoir  des chances de survivre (s'ils ne se suicident pas avant tellement il ne supportent plus la vie, ni la malédiction, ni le mal qu'ils ont fait quand ils étaient jeunes, ni le remord qui les empoisonne maintenant qu'ils se rappellent qu'il n'ont pas toujours été très sympas dans la vie ...), enfin vous voyez quoi ! :D

Et ben, je vais vous dire une chose : heureusement qu'il y a la fin !  La morale n'est pas sauve, et ça, ça fait du bien. Pour le reste, heuuuuu.....Joker !

- The ring - Rasen : suite directe de "Ringu", donc de 1998 lui aussi, ce film est super décevant. Chui super déçue ! Mais alors déçue ! Comment puis-je faire un résumé de pas grand chose ? Ben je le fais pô ! Voilà ! Chui trop déçue. Je l'ai déjà dit ?

- Dead friend : une jeune fille amnésique suite à un accident (on ne saura jamais lequel), se trouve confrontée à la mort de ses amies (dont elle ne se souvient pas) et à un fantôme qui essaie de la tuer (oui mais pourquoi n'y arrive-t-il pas ?).
Malgré quelques belles images, c'est hasardeux, pas fini, et même la fin qui réserve une surprise semble contenir des erreurs de scénario...Question judicieuse : puis-je en accuser les sous-titres du films ?

 - Coma : des médecins et une infirmière tuent une jeune fille sur la table d'opération...Non, c'est pas ça...Un médecin tente de sauver une patiente qui a fait une expérience de mort imminente et atteinte de on ne sait quelle maladie et finit par l'envoyer ad patres...Non, c'est toujours pas ça....Bon à la fin, le fantôme se venge et tout est bien qui finit bien....

Ou alors, je n'ai rien compris au film, ce qui est très possible...:(
- Haunted house project : film basique d'un tournage façon documentaire dans une maison hantée. Comme d'habitude, ce genre de film ne casse pas des briques, mais pourrait me les briser menus si j'étais un homme.

- Prayers beads : 8 histoires de 30 mn chacune auxquelles je n'ai pas compris grand-chose. Une seule m'a plû, les autres.....ben je ne les ais pas comprises alors...:(

- February 29 : où comment une légende urbaine (une sérial killeuse morte un 29 janvier, revient tuer tous les 4 ans, avec une préférence pour les employés d'une société de péage),  peut rendre dingue un esprit déjà fragile...Oups ! J''ai résumé tout le film y compris la fin...Zut alors ! C'est pô bien !

Finalement que dire de plus ?  Cela reste invraisemblable du début à la fin.

- The scare : des gosses vont vivre la pire et la dernière nuit de leur vie en partant en forêt...

Malgré un bon début, ça dérape de suite vers une boucherie gratuite et sans intérêt, sans queue ni tête. La fin ne surprend même pas dans la mesure où l'histoire reste aussi peu crédible. IL faut aimer le gore bête et méchant pour apprécier ce genre.

- Sick nurses : des infirmières qui n'ont d'infirmière que le nom (il faut bien faire un film), tuent l'une d'entre elle pour une sombre histoire d'amour avec le médecin. Le fantôme de la victime revient se venger et tue tout le monde de façon plutôt gore.

Un film de série "Z"... Est-ce alors la peine de se casser la tête à pondre une critique ? De façon arbitraire (c'est mon blog d'abord ! ), je décide que non.

- Ghost game : un jeu filmé se déroule dans un ancien pénitentier où sont morts tous les prisonniers, tués par le directeur de celui-ci qui s'est suicidé ensuite. Vous devinez la suite, il faut rester le plus longtemps possible en immersion dans ce site pour gagner le jack pot. Malheureusement, le vilain fantôme du vilain directeur, arrive le dernier jour du jeu pour tuer tout le monde.

Attendre tranquillement une bonne heure avant qu'il se passe quelque chose dans le film, puis patienter encore sagement une demi-heure pour qu'il n'y ait plus rien à voir. Eteindre l'écran et aller se coucher, vous aurez juste raté 1h30 de sommeil...

- Child's eyes : trois couples de jeunes honkonguais passent leurs vacances en Thailande. De violentes manifestations dans la ville provoque leur départ précipité à l'aéroport, mais les rues menant à celui-ci étant bloquées, ils sont obligés de se réfugier dans un hôtel miteux et étrange. Ils y sont pris pour cible par un fantôme et lorsque les garçons disparaissent, les filles se mettent à leur recherche dans l'hôtel, aidées par un chien qui voit les esprits et une gamine (propriétaire du chien).

Je n'en dis pas plus. Ca démarre plutôt bien et ça finit en peau de boudin....Il y avait pourtant un peu de "Silent Hill" dans ce film : le côté angoissant des espaces souterrains habités par des spectres ou des visions de monstre qui grimpe aux murs, les scènes qui se répètent... Et puis allez savoir pourquoi, la montagne accouche d'une souris. Quel gâchis ! Quelle tristesse que ce gâchis !

- Tales of terror from Tokyo volume 1, 2 et 3 : d'après ce que j'ai compris,  il y aurait eu une série TV à la base. cette série compilée dans ces trois volumes, est  issue d'un livre qui regroupe toutes les légendes urbaines du Japon (ce qui explique le peu d'intérêt de certaines). Suite au succès de cette série, un film (cinéma) serait sorti en salle (celui que j'ai beaucoup aimé).

Je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêts à cette série, je suis donc très déçue. Je me faisais une joie de les regarder ;(

- Neighborg 13

Un jeune homme traumatisé par les sévices infligés par d'anciens camarades de classe, vient habiter et travailler dans un appartement situé  pile poil sous celui de ses ex tortionnaires. Pas de bol pour les persécuteurs car le frêle martyr est devenu un dangereux schizophrène.

SPOILLER  !!!

Presque tout le monde va y passer, y compris le descendant de l'infâme chef de clan. Et on ne s'en plaindra pas (sauf pour le môme qui encore une fois va trinquer pour la vengeance).

Je retiendrais deux ou trois belles scènes, des instants de poésie sombre et hypnotique.  J'aurais aimé que le film entier baigne dans cette ambiance particulière, malheureusement il se contente d'être juste glauque et souvent incompréhensible.

- Red room

Encore un jeu à la con (permettez l'expression) dans lequel 4 personnes vont participer dans l'espoir de  gagner 10 millions de yens. La règle est simple :  un roi, tiré aux cartes, donne un gage à des numéros tirés par les autres joueurs, le but étant de les forcer à abandonner.

Ce film est une excuse à des scènes érotiques de pouvoir, scènes qui vont rapidement tourner à la torture pour les participants et les  conduire directement à la mort (pour 3 d'entre eux en tout cas). Ne me dites pas que c'est un spoiler étant donné que sans la mort il n'y aurait pas de film !

C'est exagéré, dégoulinant, bruyant de "slurp", de "glurp" de "floc" et de toutes ces choses si belles à entendre lorsque deux corps se mélangent.  C'est vicieux à souhait, glauque, pervers, et ça m'a laissé un certain malaise parce que les personnages sont dénués de tout sens moral. Ils se jettent dans ce jeu poussés par le besoin ou l'envie en laissant tout le vernis de la civilisation à l'entrée de la pièce. La seule qui avait encore quelques principes est celle qui va endurer le plus de tourments.

Si c'est la vision du réalisateur de notre société, je pense qu'il doit vivre constamment sous anti-dépresseur.

 -  Cadaver

Dans une école de médecine, les élèves doivent disséquer des corps. L'héroïne est hantée par le fantôme du cadavre dont elle s'occupe. Elle doit donc comprendre la raison de ce harcèlement pour le faire cesser.

Intrigue policière basique sur fond de fantômes. Rien de bien folichon. De belles images. Bof bof...

 - Corps party

- "Les fantômes y sont gentils !

- Comment ça gentils ? Ils viennent de torturer ou massacrer tout plein de jeunes gens !

- Oui, mais ça c'est pas de leur faute ! C'est parce qu'ils ont "the curse" ! Ils sont maudits parce qu'ils sont morts avant leur heure et ils n'ont pas pu avoir la grâce ! Du coup ils se vengent sur tout ce qui bouge jusqu'à ce qu'on les délivres !

- Ouais mais quand même, ils sont pas gentils !

- Mais si, dès que tu les aides, ils deviennent comme avant,  gentils et tout et tout ! Et même, ils peuvent t'aider ou te protéger après ! 

- Ben non, parce que regarde à la fin, après le générique, ils reviennent toujours pour continuer à massacrer les gens. Alors ça veut bien dire qu'ils sont pas gentils !

- Oh merde oui ! J'avais pas vu jusqu'à la fin ! Bon t'as raison, les fantômes y sont pas gentils ! "

Pour le reste, vous n'avez qu'à regarder le film, moi, je me casse !

 - Fear is coming

Une jeune fille chez un thérapeute tente de retrouver la mémoire sur de l' accident de voiture qui a causé la mort de ses parents. Sa jeune soeur est en vacances avec son petit copain dans un groupe de touristes. Ils vont visiter un cinéma réputé hanté et vont faire les frais de fantômes issus de leurs passés respectifs revenus d'entre les morts pour se venger.

 Le scénario étant complètement pourri, ce n'est pas la peine que je vous raconte de quelle façon ce film est un ratage total.

Mention spéciale pour "lateam@tamère" qui l'a merveilleusement résumé en écrivant dans les dernières traductions sous-titrées, je cite : "Bon bah, c'était bien n'importe quoi" ! Rigolant

 

------------------------------------------------------------------------------------------
 Les inclassables :

- Ebola syndrome : Qu'en dire ? Ce n'est pas un film de fantôme pour une fois, c'est une sorte de satyre de film d'horreur qui divague entre le comique glauque et le gore. Un grand n'importe quoi qui ne m'a pas laissé indifférente à cause de la tronche et des mimiques clownesque du héros-antihéros. Un film qu'on ne peut évidemment pas prendre au sérieux parce qu'il fait partie des navets, mais des navets qui ne se laissent pas faire, des navets qui ont une gueule, en l'occurence, celle du personnage principal.

  - The éternal devil of Asia  : il y a tous les ingrédients pour faire un film : un scénario,  des dialogues avec une certaine recherche, des scènes érotiques dont une assez burlesque mais joliment filmée, quelques passages gores, pourtant la mayonnaise ne prend pas. Est-ce le style chinois ce mélange d'horreur de de comique qui fait que l'on n'arrive pas à prendre le film au sérieux ? Malgré tout je me refuse à lui coller une étiquette de navet. Je l'ai quand même presque suivi jusqu'au bout...

- Gothic and Lolita psycho : une famille est agressée chez elle. La mère se fait tuer, le père et la fille sont laissés pour morts mais ne le sont pas. La jeune fille se venge en tuant un à un tous les assassins de sa mère.

Encore un film qui ne ressemble à rien et qui a donc toute sa place dans les inclassables. C'est une sorte de kill Bill asiatique de moins bonne qualité et encore plus ridicule que l'original. On ocille tout le long entre niaisierie et ni- queue-ni-tête. Pourant cette caricature ne prête pas vraiment à rire, dommage, elle aurait eu au moins ce mérite. Quant à la fin, c'est l'apothéose du portnawak. A voir donc par curiosité, de toute façon, ce ne peut pas être pire que "secret story" !

- The quiet family : encore une bizarrerie et sans fantôme qui plus est !

L'histoire : une famille qui tient un hôtel dans la campagne koréenne, devient malgré elle une famille de sérial killer.

C'est décalé, amusant et ce n'est pas vraiment un film d'horreur, mais il date de 1998 alors...

- Hiruko the Goblin : chaque génération recherche un film qui aura marqué sa jeunesse...En ce qui me concerne c'était  : "le triangle du diable" que j'ai fini par dénicher (merci Internet !).

Un de mes ami lui, était en quête d'un film dans lequel il était question d'araignées à têtes humaines. Toujours grâce à  @god (traduisez "dieu Internet") je suis tombée sur ce film et l'ai visionné...Hum...

Il faut être juste, il date de 1991, il faut donc lui pardonner le scénario bidon, les effets spéciaux bidonnants, les personnages décalés, les dialogues avariés...tout quoi !

A un moment donné, je me suis endormie et dans mon rêve, je me suis demandé s'il n'y avait pas un certain copiage (mais vraiment fort fort lointain) avec les créatures de "The thing" de Carpenter.  Puis après m'être secouée la tête et mise trois ou quatre baffes histoire de me réveiller de la torpeur sans nom dans laquelle m'avait plongé la vision de :"Hiruko the goblin", je suis allée me pendre ! 

- Deah trance : un cercueil sensé exaucer les voeux est volé dans un temple et un jeune moine part à sa recherche.

Une fantasmagorie avec pour fil conducteur une petite fille qui suit à la trace le fameux cercueil quelque soit le voleur qui l'a en sa possession. Ajouter à ça un sabre magique, un élu, une forêt interdite, une déesse de la destruction, des anges déchus et une ambiance très manga. C'est agréable à regarder (au deuxième degré bien sûr) et c'est original. Approuvé !  

- The ghost of Yotsuya et the ghost of Iowa : l'un étant la presque parfaite réplique de l'autre, je range ces deux films ensemble et ils trouvent leur place dans la catégorie des Inclassables car ce sont vraiment des dinosaures (1959 et 1961) avec un style vraiment à part.

Ces tragédies shakespeaspiriennes me plaisent justement à cause de ce côté exarcerbé et théâtral, qui tout en frôlant constamment le ridicule, m'impressionne par leur superbe.

Je ne dirais qu'un mot : gaffe-au-poison-qui-déforme-le-visage-fait-perdre-les-cheveux-et-tue-à-petit-feu...Ben oui, ça fait un mot ça ! 

- Cruel restaurant : ou l'art et la manière de préparer des raviolis.

Pour commencer, ce n'est pas un film d'horreur et il n'y a pas de fantôme. Je me suis faite avoir par un résumé alléchant et oh combien menteur.  

La recette : prenez un scénario farfelu, un soupçon de comique (du moins un essai), une pincée d'horreur (mais ridiculement petite), une larmichette d'érotisme (à pleurer), le tout lié à une enquête policière sans aucun intérêt et mélangez le tout avec une sauce à la cyprine, vous obtiendrez alors ce truc, que je peux difficilement nommer : un  film.

Alors pourquoi tant de lignes pour une si piètre recette ? 

C'est tellement n'importe quoi que du coup, c'est comme une ritournelle, ça reste dans la tête et on n'arrive pas à s'en débarrasser...

 - Buppha Rahree : L'histoire d'une jeune fille déjà bien malmenée par la vie, qui se fait engrosser par un fils de riche, puis découvre qu'elle faisait l'objet d'un pari, se fait avorter et larguer dans la foulée, pour meurt des suites de l'avortement. Mais décidé à se venger, elle refuse que l'on emporte son corps de son appartement et hante le bâtiment où elle vivait, faisant fuir tous les locataires. Jusqu'à ce que son ex-petit ami, se sentant coupable, décide de revenir vivre avec elle....
Encore un ovni ! Le film commence comme une romance, c'est long, c'est même assez chiant... Il tourne au mélodrame,  vire au cauchemar,  se transforme en film de fantôme, devient comique le temps de l'apparition de quelques personnages, frôle le genre "exorciste", survole  le genre "gore" pour finalement atterir là où c'était prévisible, mais bon, je n'en dis pas plus ! 

Bref, j'ai au moins ri et rien que pour ça,  j'ai trouvé  que ça valait tout de même le détour ! 

- Rampo noir

Plusieurs histoires : la première montre en quelques minutes (6mn) comment l'homme essaie de détruire le féminin qui est en lui en tabassant sa compagne (sic), la seconde tente une reprise de l'histoire de Narcisse dans "le miroir de l'ombre", la troisième "la chenille" narre l'histoire d'un homme démembré et sous la coupe de sa femme complètement foldingue et la dernière montre comment un homme préserve son amour pour une femme par delà sa mort. 

C'est un film noir, un film de oufs ! Et c'est sûr, sorti tout droit d'un esprit torturé. Il est filmé avec esthétisme, avec soin. Les personnages décalés, sont dingues et tout aussi dangereux que celui qui les a créés. A voir donc !

 - Girl hell

Ou l'enfer d'une jeune fille dont la grande soeur paralysée est régulièrement violée par son père et qui passe son temps avec une clodo complètement givrée qui nourrit un poupon au sein. Comme un malheur n'arrive jamais seul, elle se fait enlever par un homme qui lui soutire son urine, pendant que son père se fait tuer par deux types psychotiques dont un est amoureux d'elle. Sa soeur subie une fois de plus les pires humiliations et finie sous la douche, on ne sait pas dans quel état.

Je ne continue pas davantage, c'est un mélange de glauque et d'atroce, de folie et de cruauté gratuite et malsaine. Je ne sais pas comment on peut imaginer des scénarios aussi glauques.

- Visitor Q 

La Petite maison dans la prairie version horreur...Un père qui filmerait tout et n'importe quoi pour revenir au devant de la scène, couche avec sa propre fille qui n'hésite pas à se prostituer avec son père sans le moindre signe d'une quelconque culpabilité. Le fils, lui-même victime de harcèlement par ses camarades de classes se venge en battant sa mère, laquelle se prostitue pour se procurer sa drogue. Arrive au beau milieu de ce champs d'amour, un étranger qui, histoire de créer des liens, tape à plusieurs reprises sur la tête du père avec un gros caillou. On ne sait comment ni pourquoi, il est finalement invité à se joindre à la joyeuse bande, à l'intérieur même du foyer de givrés, et comme il n'est pas en reste question handicap mental, il va ajouter sa propre touche au portrait de cette famille déjà bien entachée. Comment arrive-t-il à resserrer les liens de cette troupe ? Juste en faisant jaillir du lait des seins de la mère et en suivant à la caméra les aventures glauco/burlesques du père qui tue et abuse sexuellement du cadavre de sa victime, quitte à être bloqué à l'intérieur de son vagin à cause de la rigidité cadavérique...

Dois-je en dire plus ?

Ce n'est évidemment pas un film d'horreur, il prête vraiment à rire et il était très drôle. C'est un ovni comme je les aime, voilà la raison de sa présence ici.

- Henge
Un homme se transforme en monstre. Sa femme par amour,  lui fourni les victimes nécessaires à sa mutation. Je pense qu'elle ignore que chaque victime fait grandir le monstre jusqu'à ce que l'homme disparaisse totalement.

C'est un petit film d'une cinquantaine de minutes, assez bizarre qui ne m'a pas convaincue. Je ne sais d'ailleurs toujours pas où il veut en venir, ni même s'il cherche à en venir à quelque chose. A voir pour la bizarerie alors ?

-  Tetsuo (1988 quand même !)

 Il s'agit d'un homme qui se transforme peu à peu en sorte d'assemblage métallique.
Le film lui-même, est un assemblage de scènes tordues, bruyantes, saccadées, certaines avec des connotations sexuelles marquées mais pour autant, ne vous attendez pas à de l'érotisme, vous seriez déçus...

C'était si pénible à regarder qu'arrivée à la moitié du film, je me suis mise en avance rapide histoire de vous spoïler la fin, à savoir : ils ne vécurent pas heureux et n'eurent pas d'enfant...

Et à part ça : veni, vidi, vicci :)

 

- Tag 2015

Heuuu....

Rien compris :D

Un film tordu de plus  !  Film qui oscille entre la poésie et le gore, drôle de mélange... Comme dirait mon ami PIerre, un film du genre "gorésie".

Tout ça pour dire quoi ?

Que courir c'est bon pour le teint ?

Pour être plus sérieuse et puisqu'il y a bien une raison même obscure à 1h30 de pellicule, voilà une tite explication de derrière les fagots. Si vous vous endormez en la lisant, n'hésitez pas vous jeter un autre de mes posts (voire sur tout le blog !), vous avez ma bénédiction :)

L'héroïne court durant tout le film et tout ce qui lui arrive est lié à un jeu vidéo (oups ! flûte et zûte, revoilà un spoiler), de là à penser que l'auteur voit le footing et les jeux comme des palliatifs à cette VDM (Vie De Merde), que nous vivons chaque jour dans cette réalité infâme où le méchant, le vicieux, le cupide est le plus fort et que le seul moyen de sortir de cette vie de formatage en tout genre est de mourir (et je ne parle pas de suicide, mais plutôt de mort intérieure (ego)), il n'y a qu'un pas ! 

Je l'ai franchi allègrement en quelques secondes et j'ai même pas mal !

Et toc !

C'est pas bô ça !

Allez, bon film !

--------------------------------------------------------------------------------------------- 

C'est un film ça ? :

- Vampire girl vs Frankeinstein girls :

----------------------------------------------------------------------------------------------

De ma liste, je met directement de côté les films gores qui ne m'intéresse absolument pas. Par exemple Curved où un fantôme s'attaque de manière sadique à des mômes dont je n'ai vu que quelques minutes et Guinéa Pig dont je ne ferais même pas l'effort d'en dire deux mots tellement c'est naze.

Je ne sais pas ce que contenaient les autres films d'horreurs avant. En ce qui me concerne il y a eu un avant et un après RINGU !

Dans les films que je viens de visionner, mis à part Shutter et  Kairo qui font preuve d'un peu  d'originalité, on retrouve partout les ficelles tissées dans Ringu comme par exemple : la malédiction qui passe le biais de nos systèmes médiatiques : téléphone, télé, internet (j'ai d'ailleurs pu noter  que les contrées extrêmes orientales n'ont qu'une seule marque de téléphone portable), l'utilisation de l'anxiété collective contre nous même, l'obligation de remonter à la source de la mort du fantôme pour faire cesser la malédiction. Les fantômes qui apparaissent sur des objets miroitants. Si ce sont des femmes, les apparitions ont forcément des cheveux longs tombant devant un visage déformé par la laideur et font un bruit reconnaissable entre tous pour signaler qu'elles arrivent  avec leur démarche décalée.

Sans compter qu'à chaque fois qu'on croit en avoir fini avec eux, ça recommence pour un tour  car en fait on était lancé sur une fausse piste ou bien on n'a rien compris à l'histoire !

 

Malgré tout je reste une "fan" : les ambiances glauques où un rien devient une menace, ou une promesse de mort atroce, l'angoisse constante du début à la fin du film, les mauvaises surprises qui ne manquent pas d'arriver, la qualité des images, l'esthétique raffinée, la mise en valeur des comédiens, la lenteur calculée et diabolique, cette peur distillée avec soin avec juste un poil de psychologie...

Les cinéastes asiatiques sont très forts, ils savent ménager leurs effets et  à ce niveau,  les ricains ne suivent pas ! Car j'ai crû remarquer (je ne me suis pas lancée dans de folles recherches) que pour chaque film d'horreur asiatique, il y a un remake américain...

Et l'on ne veut copier que les maîtres n'est-il pas ?

 


26/07/2013
0 Poster un commentaire

Les zombies philosophiques aiment la morue mystérieuse

Ne me demandez pas de vous définir cette phrase idiote mais non dépourvue de sens,  je ne suis même plus sûre de savoir exactement comment elle est née.

Elle a trouvé sa source dans la vision du film japonais "Real" et des fantômes virtuels qui parasitent les rencontres cérébrales entre le héros et l'héroïne plongée dans le coma.

Pourtant, ne cherchez pas dans cette phrase un résumé du film ou même une représentation quelconque de celui-ci, ce serait une pure perte de temps !

Elle a grandi au cours d'une discussion animée entre mon cher ami Pierre et votre servante ici présente, lorsque nos critiques contraires du film se sont affrontées.

C'est un peu comme un brainstorming, prenez des idées, mélangez les dans un shaker et voyez ce qu'il en ressort !

C'est à ce moment là que la phrase nous a quitté pour vivre une vie propre.

Elle s'est donc étoffée dans un délire mangaesque grâce à une morue dopée à l'EPO pour finalement s'échouer sur les rivages de l'inconnu.

Pour conclure, je dirais que ce post n'est qu'une excuse pour placer cette phrase absurde, sachant tout de même que le concept du zombie philosophique existe vraiment ! L'air de rien, je vous glisse le lien et vous souhaite bon courage dans la traduction de cette pensée métaphysique...

 


22/09/2014
0 Poster un commentaire

Les films d'horreur pas asiatiques :)

Et on va commencer par deux vieux téléfilms

- La main enchantée (film de Michel Subiela)

Le souvenir qu'il m'en reste : une main ensorcelée qui tue quand ça lui chante ou change de corps lorsque celui qui la possède résiste.

Téléfilm de 1974, c'est une seconde version du film la main du diable. C'est lui qui fut la source de mes premiers émois horrifiques (j'avais 10 ans). Je n'ai jamais pu le voir en entier étant donné qu'au bout d'une demi-heure, je me suis enfuie de la salle à manger pour me cacher dans ma chambre. Mais cela reste un sacré souvenir. Si une âme charitable pouvait me donner un lien pour revoir ce film, je l'accepterais avec plaisir !

- Le triangle du diable

Un sauveteur en mer essaye de démontrer à la seule survivante d'un bateau, que les occupants sont morts de façon accidentelle et non suite à la malédiction du diable.

Téléfilm de 1975 que j'ai fini par dégotter grâce au net et qui m'a bien fait rigoler lorsque je l'ai revu, mais que je garde précieusement.

 

Dans la série j'ai adoré

- Drag me to hell (2009)

Une jeune banquière ambitieuse, refuse d'accorder un prêt à une pathétique vieille cliente. Malheureusement pour elle, la vieille dame pratique la magie noire et lui lance un sort (la lamia) par le biais d'un bouton de sa veste. Il ne reste que 3 jours à la jeune femme avant que la malédiction ne s'abatte sur elle et ne l'emporte en enfer.

Dès la première scène, on est confronté à la force démoniaque mise en oeuvre et on assiste à l'impuissance de la médium, à sa défaite contre la malédiction, à la disparition du môme dans les flammes de l'enfer...

Un film qui débute comme ça, ne peut pas être mauvais.

Ensuite on passe à un tableau de la vie quotidienne dans la banque, puis en quelques secondes on re-bascule dans le cauchemar pendant que la vie de l'héroïne tourne à l'abomination et c'est carrément bien foutu. Les scènes d'horreur sont disséminées dans un décor esthétique durant tout le film, avec beaucoup de vomissures, d'éclaboussures, un gros jet de sang (trop c'est trop quand même), des fluides corporels dégueulasses, surtout quand ils arrivent en pleine poire des acteurs ! Jusqu'à la fin, on oscille entre le soulagement et l'angoisse, jusqu'à la dernière minute le suspens est distillé avec art et manière et c'est fort !

Plusieurs incompréhensions tout de même : pourquoi la jeune femme est-elle aidée par une intervention quasi divine (lorsqu'elle rencontre le conseiller spirituel) mais sans suite, pourquoi la lamia prend la plupart du temps l'apparence de la vieille femme qui n'est plus sensé avoir de lien avec la suite des évènements ? Pourquoi le bouc est-il toujours aussi cool malgré tout ce qu'il se passe autour de lui ? Pourquoi l'héroïne n'a pas ouvert l'enveloppe, réaction la plus logique ? Pourquoi n'y a t-il pas plus de films aussi bien gaulés que celui-ci ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Pourquoi ce silence ? Pourquoi ce grand vide quand je pense à nous ?

 - The apparition (2012)

Des étudiants reproduisent une expérimentation visant à entrer en contact avec des esprits. Malheureusement pour eux (et pour l'humanité en général), ils ouvrent un porte interdimensionnelle grâce à laquelle une âme assoiffée de vies humaines entre dans notre monde.

Un couple s'installe dans une maison et est perturbé dès son arrivée par des manifestations surnaturelles effrayantes. La jeune fille découvre alors que son petit copain est un des participants à cette expérience et que l'entité maléfique qui a déjà tué à plusieurs reprises veut leurs âmes.

Une nouveauté (pour moi en tout cas), ce n'est pas la maison qui est hantée, mais les personnages et l'esprit augmente en pouvoir et en intelligence au fur et à mesure qu'il se nourrit d'humains, mettant ainsi toute la planète en danger. Et si je me suis demandée à plusieurs reprises pourquoi l'entité mettait du temps à entrer à action (je veux dire par là à tuer), la raison en est donnée à la fin et je trouve qu'elle justifie plutôt bien cette question. Tout comme le fait que c'est elle qui montre à la jeune fille où chercher pour trouver la vérité.

J'ai adoré ce film et le revendique haut et fort. Les passages de manifestations surnaturelles m'ont beaucoup plu et sans qu'il y ait de réelle violence, ni de sang, elles transmettent très bien l'agressivité et la haine de l'humain que ressent l'esprit. A voir sans modération donc !

- Devil inside

Une femme tue trois personnes lors d'un exorcisme non reconnu par le Vatican. Cette femme pourtant sera emmenée en Italie dans un asile, sous la coupe du clergé.

20 ans plus tard, sa fille tente d'en savoir plus. Elle se rend donc sur place sous prétexte de tourner un reportage et demande à deux prêtres de vérifier lors d'un exorcisme si sa mère est possédée ou non.

Cette escalade qui part de la normalité et qui glisse doucement mais tranquillement vers la folie m'a donné un vrai sentiment de malaise, malaise devant les réactions de folie de la mère, malaise devant les postures emberlificotées des possédées, postures évidemment pas crédibles puisque le corps ne suivrait pas sans se briser en mille morceaux, malaise devant l'espèce de frénésie agressive des personnages principaux possédés à leur tour mais s'en sen rendre compte...

Tourné à la façon d'un documentaire, le film assied sa crédibilité sur un site officiel mais qui est en fait, viral (tout ce qu'il y a de plus inventé à des fins de marqueting).

Je trouve que les personnages sont vraissemblables, bien que je mettrais un petit bémol pour l'actrice principale.

En fait, le vrai méchant, c'est quand même le Vatican ! Mais bon, j'dis ça, j'dis rien !

PS : Question subsidiaire : qu'ont à gagner 4 esprits démoniaques enfermés dans le corps d'une nana qui est elle-même enfermée dans un asile depuis de nombreuses années ? Hein ? Je trouve que cette simple interrogation remet en question l'histoire de base même du film.

- Shadow people

Un animateur radio reçoit l'appel d'un jeune homme qui dit être harcelé par des ombres pendant son sommeil. Le lendemain, il reçoit un colis, envoyé par le jeune homme, sensé contenir les preuves que ces ombres existent. La nuit suivante pendant son émission, le même jeune homme rappelle en précisant qu'il a une arme. Lorsqu'un coup de feu se fait entendre, la police se rend chez lui et constatent a tiré dans le mur. Il est conduit à l'hôpital où il décède la nuit même.

L'animateur bouleversé va essayer de comprendre et découvre que beaucoup de gens souffrent de ces apparitions nocturnes, alors que les morts s'additionnent comme si il y avait contamination.

Après une première scène qui voit mourir un enfant suite à l'apparition d'une ombre, on passe à une sorte de reportage dans lequel des gens parlent d'une vidéo maudite qui tuerait ceux qui la regardent (si ce n'est pas un rappel de : the ring ça ! )

Comme c'est à la mode de faire des films sous forme de documentaires, une fois encore, on n'y coupe pas. Débute l'histoire proprement dite mais entrecoupée de témoignages fictifs des différents protagonistes. Ceci dit, c'est à dose homéopathique, c'est donc largement supportable, et puis c'est sensé être tiré de faits réels.

Il est en fait un mélange de deux maux réels : le syndrome de la mort subite inattendue nocturne (qui est du à une maladie génétique, l'arythmie cardiaque)  et la paralysie du sommeil (qui serait elle un déplacement du sommeil paradoxal) et provoquerait des angoisses, des hallucinations et une pression sur la poitrine empêchant la respiration naturelle.

J'ai beaucoup aimé le film parce que je l'ai trouvé bien raconté, crédible (grâces aux témoignages), angoissant parce que toutes les ombres peuvent être potentiellement dangereuses, (les effets spéciaux deviennent presque inutiles puisque l'esprit fait tout), et la fin est d'autant plus acceptable que je la crois vraie....On peut mourir de nos croyances...

- The Conjuring

Une famille qui vient d'emménager dans une vieille maison devient la proie d'un esprit malfaisant qui veut la détruire (la famille, pas la maison ! Mais ça j'espère que vous l'aurez compris :). Un couple de chasseurs de fantômes, dont la femme est médium va leur venir en aide.

Cette fois, il s'agit d'une histoire vraie ! Pour de vrai ! Si si ! Basé sur le témoignage de cette famille, le scénario reprend les évènements dans l'ordre chronologique de leurs déroulement réels ! IL ne faut donc pas chercher l'originalité, des effets spéciaux hypers recherchés ou une fin à tiroir.

La tension monte lentement mais sûrement, tout comme la violence des interventions paranormales, puis pendant quelques longues minutes (longues parce qu'à chaque instant on se demande quel va être le prochain coup fourré de l'esprit), le calme s'installe avant le déchainement du dernier acte.

Tant que la menace n'était pas clairement définie, j'ai eu quelques montées de frissons. Ensuite, je suis redevenue simple spectatrice d'une bonne histoire de maison hantée.

SPOILER !!!

Et si j'avais pu reprocher à une fiction, cette fin où tout est bien qui fini bien, je ne peux qu'être ravie que ce soit le cas dans ce film basé sur des faits réels !

- Insidious 2

L'histoire du premier opus en quelques mots : famille --> maison neuve --> évènements paranormaux --> enfant qui ne se réveille pas --> voyage astral --> morts qui veulent prendre la place du dormeur --> médium --> papa vient me chercher --> j'arrive mon fils --> grouilles-toi j'ai peur --> je fais ce que je peux --> ouf ! Merci papa je me réveille enfin --> SPOILER --> mais où est mon père ? --> Arrrghhh !....

Comme vous pouvez le constater, ce film ne m'avait pas intéressé plus que ça. Je l'avais trouvé mou et pas flippant pour deux sous.

Mais pour le second, c'est tout autre chose.

IL débute par une parenthèse dans le temps en racontant de quelle manière le don du père a été inhibé par la médium lorsqu'il était enfant, afin de le mettre hors des griffes de l'esprit d'un mort.  Puis on revient à notre gentille famille qui est toujours envahie par les phénomènes paranormaux mais de façon bien plus agressive.

Sans spoiler, on comprend bien que le père n'est pas vraiment revenu du voyage astral dans lequel il a récupéré son fils et qu'en plus de cela, un fantôme pas très cool tape l'incruste dans la vie de la maisonnée.

Le scénario à tiroirs est captivant et m'a collé quelques frissons. L'angoisse, toile de fond du film, est insidieusement omniprésente. Deux histoires dans le film, dans l'une on participe à l'enquête de la grand-mère, dans l'autre, on est spectateur de la descente en enfer du père et à ce titre, la destruction de l'image du père, gentil et protecteur en son opposé est flippante et convaincante. La fin dans un clin d'oeil humoristique (je trouve) laisse peut-être à prévoir une suite...

A suivre donc !

- When the lights went out (2012)

Une famille qui vient d'emménager dans une maison, découvre que celle-ci est hantée.

Ce film ressemble à un film des années 80, il en a le scénario, les couleurs, les décors, la simplicité des effets spéciaux, leur rareté et aussi l'efficacité d'un film des années 80.

 IL a un petit côté intimiste, car nous sommes spectateurs du quotidien de cette famille hantée, mais sans voyeurisme malsain.

Il est sympathique dans ce rapport avec le fantôme qui sait se faire comprendre, tout en restant angoissant tout au long de l'histoire.

J'ai particulièrement apprécié de quelle manière le mal, le mauvais est vécu dans l'indifférence, comme si les personnages ne lui donnait pas prise, l'utilisait même à un moment donné pour le bien du plus grand nombre...

Cette bonne mentalité à l'intérieur d'un film de ce genre est une nouveauté, et rien que pour ça, je l'adopte à l'unanimité (en même temps, je suis seule à avoir le droit de vote alors...)

 

- Last Shift

Une jeune recrue de la police doit faire son tour de garde une nuit dans un commissariat désaffecté. Pas de bol pour elle, celui-ci est hanté par une famille de sérial killers.

Le scénario est lent mais bien amené, il est efficace sans moults effets spéciaux... Quelques bruitages qui rappellent un peu ceux de certains bons films d'horreurs asiatiques que je ne mentionne plus, quelques déplacements de mobiliers ça et là, des rappels du passé, des visites surprises... Ce film utilise les ficelles angoissantes du genre et les distillent savamment pendant une heure trente. Résultat (même si la fin est prévisible), un bon petit film d'horreur, plaisant à voir.

 

- Hidden (2015)

Une famille vit terrée sous le sol, fuyant un ennemi qu'ils appellent les disjonctés (je pense que c'est la traduction la plus logique). Ils s'en sortent plus ou moins bien, jusqu'à ce qu'un rat vienne mettre son grain de sable...

Je ne peux pas en raconter plus, ça gâcherait tout.

IL faut voir ce film !

Il est bien foutu, angoissant, déroutant, stressant à cause du tournage en huit-clos, dans un environnement sombre, claustrophobique et la fin m'a laissée pantoise. En bref...

Allez le voir ! (je l'ai déjà dis ? )

Ah bon, c'est que ça doit être vraiment

UN FILM A VOIR !!!!

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dans la série j'ai aimé

 

- American  haunting (2005)

Quel rapport peut-il exister entre une adolescente possédée dans une famille pendant les années 1800 et les cauchemars d'une autre adolescente de nos jours ?

Le film m'a emmené droit où je pensais aller : une bonne histoire de possession, bien racontée, bien filmée, avec de bons acteurs et de belles images. Mais au dernier moment, il bifurque et m'a fait retomber bêtement les deux pieds dans une bien glauque réalité, puis dans un dernier sursaut, vers une seconde réalité que je ne voyais pas du tout se profiler.

C'est vraiment bien foutu. Pour autant, je n'ai pas adoré, mais ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien.

- Evil Game (2012)

C'est un film canadien de fantômes chinois :)

Un cadre de société chinois dont l'oncle vient de mourir, se rend dans sa famille avec sa femme et son fils pour les funérailles qui se déroulent pendant le  mois des fantômes affamés", période durant laquelle le monde des morts et des vivants se rejoint. La mère et le fils ne tardent pas à se rendre compte qu'ils voient tous les deux les fantômes et qu'ils courent le danger d'être emporté par les morts. Lorsque le gamin tombe dans le coma, la mère grâce à l'aide d'un pharmacien (médium lui aussi) découvre que sa belle famille n'est pas aussi charmante qu'elle le montre et cache des secrets inavouables dans son usine. Elle doit découvrir pourquoi son fils est sous l'emprise de l'esprit avant la fin de la période des fantômes affamés ou il mourra.

L'idée n'est pas nouvelle mais fonctionne toujours aussi bien. Le rythme est plutôt lent, pas effrayant, sans beaucoup d'effets spéciaux, j'ai vraiment eu l'impression de voir un film de fantôme asiatique. A déguster tranquillement, sans se prendre la tête.

- Contracted (2013)

La courte mais dense descente aux enfers d'une jeune femme qui se transforme peu à peu en zombie après avoir forniqué avec un nécrophile...

Ou bien : voilà ce que c'est de niquer sans capote vilaine fille !

Bien que l'histoire soit vraiment tirée par les cheveux, je l'ai trouvé bien tournée et me suis facilement glissée dans la peau de cette superbe jeune fille qui, un soir de spleen, consomme des substances illicites pour finir dans les bras d'un monstre qui lui refile une mst mortelle...Glups....

Pendant trois jours les symptômes de  zombification vont s'aggraver alors que la jeune femme tente désespérément de les nier tout en continuant son train de vie habituel. Rien ne l'arrêtera dans le déni de sa maladie, pas même le meurtre. Et en prime, il y aura même un cadeau "bonux" pour son dernier amant...

Ce film lent au début, accélère au fur et à mesure que les symptômes transforment la vie de la jeune femme. Ce n'est pas surjoué, il n'y a pas d'effets spéciaux grandioses et il n'y en a pas besoin : le spectre des maladies ou de la vieillesse est là pour nous aider à nous projeter dans cette mutation extérieure et intérieure.

La scène avec son dernier amant est particulièrement atroce, je vous la conseille ! 

En fait le film est un gigantesque message publicitaire pour les moralistes de tous bords !

En gros il dit

Si vous ne voulez pas d'ennuis dans la vie :

- Ecoutez toujours votre môman

- Ne vous droguez pas

- Ne buvez pas

- Ne couchez pas avec une personne de votre sexe

- Ne couchez pas avec un partenaire tant que vous n'avez pas un état des lieux complet de sa santé

- Et même dans ce cas, sortez couverts

Bon film !

- Contrated phase II (2015)

L'histoire : l'amant qui souvenez-vous à eu droit au cadeau bonux à la fin du premier opus, va développer à son tour les symptômes du plus beau zombie de l'année. Par dénie, il va distribuer la maladie à moins 4 personnes avant de faire son méa-culpa et tenter de punir le créateur de cette horreur.

C'est une réaction des personnages à laquelle je ne crois absolument pas... Je veux dire, continuer à vivre sa vie comme si de rien n'était alors que le corps est en train de se décomposer sous ses yeux... Si j'avais des vers sous la peau, les yeux qui deviennent blancs ou si je vomissais du sang, j'irais directement me faire soigner à l'hosto, je n'achèterais pas un cutteur et des fils de suture pour m'opérer moi-même, je n'irais pas cracher dans la soupe de ceux que j'aime...

De la même façon, si je voyais n'importe qui pousser des hurlements de bête, se jeter sur moi avec les yeux injectés de sang et un visage en train de pourrir, je me sauverais séance tenante en 4ème vitesse plutôt que de lui parler et l'appeler par son petit nom...

Ceci dit, pour moi, actuellement, ce film est vraiment la représentation de l'horreur : le corps est mort alors que l'esprit lui continue de fonctionner correctement et tente de faire subsister son enveloppe envers et contre tout. Un vrai cauchemar je vous dis !!!

 

- Clown (2014)

En enfilant un costume de clown trouvé malencontreusement dans la malle d'une maison dont le propriétaire est décédé, un agent immobilier désireux de faire plaisir à son fils pour son anniversaire, va transformer sa vie en cauchemar (sa vie et celle de son entourage).

Le costume va devenir rapidement sa seconde peau, puis le posséder totalement.

J'ai trouvé l'histoire excellente et bien amenée, la transformation de cet homme simple en un démon mangeur d'enfants m'a fait frémir...(en ais-je trop dit ?)

Seul bémol, (mais existerait-il un film d'horreur sans cela), c'est la débilité des réactions de l'entourage direct du héros (en particulier sa femme)...

Ce film a frôlé la rubrique "j'ai adoré". Pourquoi frôlé ? Parce qu'à partir du moment où le clown se met en quête des ses victimes, l'intérêt (pour moi hein !) se dilue et le film redevient un film d'horreur comme les autres.

A voir !

 - 666 (2015)

Un groupe de d'jeuns (décidément, ils ne font que des conneries ces d'jeuns, alors ce qui leur arrive, c'est bien fait pour eux d'abord), font une fiesta dans un asile psychiatrique fermé depuis des années suite à un incendie. Cet asile était bien sûr le siège de tortures infligées aux malades qui y étaient enfermés.

Alors qu'ils tentent une expérience d'apesanteur sur l'un d'entre eux, celui-ci devient alors possédé. Le groupe décide de tenter un exorcisme grâce à un tuto sur le net. Exorcisme qui évidemment foire. A partir de là, les affaires se compliquent et les possédés se suivent et ne se ressemblent pas.

Un film plutôt sympa avec quelques effets comiques (le coup de l'exorcisme sur le net est excellent) avant de devenir carrément gore, ça gicle, ça saigne dans tous les sens, mais avec toujours ce je ne sais quoi qui ne se prend pas très au sérieux. Du coup, ça se laisse regarder !

- The witch (2015)

Il y a cette famille de dévots qui se fait jeter de sa communauté parce que extrémiste dans sa croyance. Le père emmène donc son petit monde (sa femme, son ainée une jeune fille adolescente, le second un jeune garçon qui marche dans les pas de son père, des jumeaux infernaux qui ont leur propre monde et un bébé), dans la charrette familiale afin de trouver un endroit éloigné pour y faire leur vie. Ils trouvent vite un emplacement ou s'installer et c'est là que les ennuis commencent. Problèmes qui vont aller en s'accumulant jusqu'au tableau final.

C'est un film qui m'a mis profondément mal à l'aise, d'une part à cause des crissements de violons qui te percent les tympans dès les premières secondes de pellicule, d'autre part à cause de l'ambiance instaurée dans la dictature d'une croyance rigide, fondée sur la culpabilité, le dénie de l'amour dans sa plus simple expression, une éducation pesante, torturée, triste qui te donne juste envie de te coller une balle dans le cabochon.

C'est un film à plusieurs lectures et je pourrais écrire trois pages dessus tant il m'a inspiré. Mais ce n'est pas là le but de ce post. Je vous laisse donc découvrir cette histoire sordide, glauque à souhait et s'il vous plais, enfermez vos cachetons dans vos placards et attendez un ou deux jours avant de le ré-ouvrir :)

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ ----------------------------------------------------------

 

Dans la série ne casse pas des briques

- Devil

-"Quand j'étais petit, ma mère me racontait comment satan parcourait le monde. Elle m'expliquait que parfois, il adoptait une forme humaine afin de punir sur terre, les damnés, avant de s'emparer de leur âme. Ceux qu'il choisissait seraient réunis et torturés par ses soins alors qu'ils se dissimulait parmis eux comme s'il était l'un des leurs. J'avais toujours cru que c'était des histoires de bonne-femme...."

Avec une phrase d'intro pareille, on n'a pas le droit de se planter, on n'a pas le droit de faire du banal ou du déjà vu...

En plein dedans ! 

C'est la déception qui me pousse à mettre ce film dans la section "ne casse pas des briques". Et ce sera aussi le mot de fin de ma critique....Déception....

- The door

Le film se passe en Inde et raconte l'histoire d'une jeune femme qui va foutre un bordel monstre dans sa famille, en voulant à tout prix revoir son fils décédé suite à un accident de voiture.  L'idée lumineuse de parler à son fils derrière la porte de la mort, lui vient de la gouvernante de la maison, qui ne trouve pas mieux que de la laisser partir seule faire cette expérience extrême avec pour seule consigne : n'ouvrez pas la porte !!!!

On connaît fatalement la suite :)

Cela résume d'ailleurs très bien ce film sans surprise. Il se laisse pourtant regarder, il contient de bonnes idées, de belles images. 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans la série j'ai trouvé ça naze/plutôt nase/complètement naze

 

- Appartement 1303 (version américaine reprise de la version japonaise).

Il s'agit, comme le titre l'annonce si bien, d'un appartement hanté par une jeune fille qui a la fâcheuse manie de défenestrer les humains de sexe féminin qui s'installe "chez elle". La soeur de la dernière victime enquête.

Le film japonais ne m'avait déjà pas plus, mais je l'avais trouvé plus intéressant et bien mieux joué que cette version américaine inepte.

Pour toute critique, je vous dirais que mon ordinateur lui-même a préféré s'auto-détruire plutôt que de continuer à  projeter cette daube.

Sniff....Plus d'ordi.....

Merci le film ! 

 

- Hangar 10 (2014) ou le film qui fait vomir

ATTENTION !  Ne mangez pas avant de visionner ce found footage si vous avez l'estomac fragile (à moins que vous soyez boulimique/anorexique).

Je vous rassure, ce n'est pas l'horreur du film qui m'a précipité vers la cuvette des toilettes, mais l'utilisation abusive de la caméra à l'épaule :(

J'avais l'impression de me trouver en mer pendant une tempête ! Rien que d'en reparler, ça me file la nausée !

L'histoire : Trois jeunes partent en forêt (oh là là, quelle surprise !), sur une base militaire (continuons dans l'originalité), pour chercher un trésor hypothétique à l'aide de détecteurs de métaux.  Ils tombent sur....devinez quoi ? Des extra-terrestres bien évidemment !

A priori, les ET, à part le fait qu'ils soient contagieux, ne sont pas vraiment méchants, il y a pas mal d'humains morts, mais on ne sait pas de quoi,  et puis ce sont des militaires, alors on s'en fou un peu :) Non je déconne hein ! J'aime bien les militaires moi, surtout quand ils sont en tenue :b

Inutile de s'attarder sur le scénario plutôt incohérent et qui va en s'émiettant au fils des minutes.

Y a des trucs sympas, le coup des lumières, les cris dans la forêt...Et puis c'est tout !

La seule chose que j'ai gagné en le zieutant, c'est un second petit déj !

 

- Les dossiers secrets du Vatican (2015)

Je manque de mots pour dire à quel point ce film est pourri...

Mal joué, scénario sans queue ni tête, dialogues vous avez dit dialogue ?... Une suite d'exorcismes longs et pas crédibles (le dernier est risible tant le contorsionniste embauché pour l'occasion est ridicule).

J'ai du mal à croire que ce film soit sorti au ciné. Je ne comprend pas comment une telle daube peut se faire appeler un film.

Si pénible depuis les premières minutes, j'ai failli éteindre mon ordinateur au moins 15 fois. Mais la curiosité a été la plus forte, je voulais voir où l'auteur allait m'emmener... Nulle part en fait... J'ai subi pour rien :(

Le titre est juste un leurre pour attirer les poissons, on doit y citer trois fois le mot Vatican, on ne voit pas la moindre trace d'un dossier, on se contente juste de suivre un curé dans sa tournée d'exorcisme après une brève et débile incursion dans une messe satanique.

Ce film exploite le créneau d'une sorte de voyeurisme malsain à travers des scènes tournées façon documentaire réel avec des acteurs qui visiblement n'en sont pas, mais à aucun moment il n'est crédible et  j'espère qu'il ne trouvera pas son public...

 


20/07/2013
0 Poster un commentaire

Les court-métrages d'horreur

Voici un lien proposé par Pierre (rendons à César ce qui est à César) avec tout plein de court-métrages d'horreur.

 

 

 

 

 



 

 


24/07/2013
0 Poster un commentaire