BuZZlaliFe

Les films d'horreur pas asiatiques :)

Et on va commencer par deux vieux téléfilms

- La main enchantée (film de Michel Subiela)

Le souvenir qu'il m'en reste : une main ensorcelée qui tue quand ça lui chante ou change de corps lorsque celui qui la possède résiste.

Téléfilm de 1974, c'est une seconde version du film la main du diable. C'est lui qui fut la source de mes premiers émois horrifiques (j'avais 10 ans). Je n'ai jamais pu le voir en entier étant donné qu'au bout d'une demi-heure, je me suis enfuie de la salle à manger pour me cacher dans ma chambre. Mais cela reste un sacré souvenir. Si une âme charitable pouvait me donner un lien pour revoir ce film, je l'accepterais avec plaisir !

- Le triangle du diable

Un sauveteur en mer essaye de démontrer à la seule survivante d'un bateau, que les occupants sont morts de façon accidentelle et non suite à la malédiction du diable.

Téléfilm de 1975 que j'ai fini par dégotter grâce au net et qui m'a bien fait rigoler lorsque je l'ai revu, mais que je garde précieusement.

 

Dans la série j'ai adoré

- Drag me to hell (2009)

Une jeune banquière ambitieuse, refuse d'accorder un prêt à une pathétique vieille cliente. Malheureusement pour elle, la vieille dame pratique la magie noire et lui lance un sort (la lamia) par le biais d'un bouton de sa veste. Il ne reste que 3 jours à la jeune femme avant que la malédiction ne s'abatte sur elle et ne l'emporte en enfer.

Dès la première scène, on est confronté à la force démoniaque mise en oeuvre et on assiste à l'impuissance de la médium, à sa défaite contre la malédiction, à la disparition du môme dans les flammes de l'enfer...

Un film qui débute comme ça, ne peut pas être mauvais.

Ensuite on passe à un tableau de la vie quotidienne dans la banque, puis en quelques secondes on re-bascule dans le cauchemar pendant que la vie de l'héroïne tourne à l'abomination et c'est carrément bien foutu. Les scènes d'horreur sont disséminées dans un décor esthétique durant tout le film, avec beaucoup de vomissures, d'éclaboussures, un gros jet de sang (trop c'est trop quand même), des fluides corporels dégueulasses, surtout quand ils arrivent en pleine poire des acteurs ! Jusqu'à la fin, on oscille entre le soulagement et l'angoisse, jusqu'à la dernière minute le suspens est distillé avec art et manière et c'est fort !

Plusieurs incompréhensions tout de même : pourquoi la jeune femme est-elle aidée par une intervention quasi divine (lorsqu'elle rencontre le conseiller spirituel) mais sans suite, pourquoi la lamia prend la plupart du temps l'apparence de la vieille femme qui n'est plus sensé avoir de lien avec la suite des évènements ? Pourquoi le bouc est-il toujours aussi cool malgré tout ce qu'il se passe autour de lui ? Pourquoi l'héroïne n'a pas ouvert l'enveloppe, réaction la plus logique ? Pourquoi n'y a t-il pas plus de films aussi bien gaulés que celui-ci ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Pourquoi ce silence ? Pourquoi ce grand vide quand je pense à nous ?

 - The apparition (2012)

Des étudiants reproduisent une expérimentation visant à entrer en contact avec des esprits. Malheureusement pour eux (et pour l'humanité en général), ils ouvrent un porte interdimensionnelle grâce à laquelle une âme assoiffée de vies humaines entre dans notre monde.

Un couple s'installe dans une maison et est perturbé dès son arrivée par des manifestations surnaturelles effrayantes. La jeune fille découvre alors que son petit copain est un des participants à cette expérience et que l'entité maléfique qui a déjà tué à plusieurs reprises veut leurs âmes.

Une nouveauté (pour moi en tout cas), ce n'est pas la maison qui est hantée, mais les personnages et l'esprit augmente en pouvoir et en intelligence au fur et à mesure qu'il se nourrit d'humains, mettant ainsi toute la planète en danger. Et si je me suis demandée à plusieurs reprises pourquoi l'entité mettait du temps à entrer à action (je veux dire par là à tuer), la raison en est donnée à la fin et je trouve qu'elle justifie plutôt bien cette question. Tout comme le fait que c'est elle qui montre à la jeune fille où chercher pour trouver la vérité.

J'ai adoré ce film et le revendique haut et fort. Les passages de manifestations surnaturelles m'ont beaucoup plu et sans qu'il y ait de réelle violence, ni de sang, elles transmettent très bien l'agressivité et la haine de l'humain que ressent l'esprit. A voir sans modération donc !

- Devil inside

Une femme tue trois personnes lors d'un exorcisme non reconnu par le Vatican. Cette femme pourtant sera emmenée en Italie dans un asile, sous la coupe du clergé.

20 ans plus tard, sa fille tente d'en savoir plus. Elle se rend donc sur place sous prétexte de tourner un reportage et demande à deux prêtres de vérifier lors d'un exorcisme si sa mère est possédée ou non.

Cette escalade qui part de la normalité et qui glisse doucement mais tranquillement vers la folie m'a donné un vrai sentiment de malaise, malaise devant les réactions de folie de la mère, malaise devant les postures emberlificotées des possédées, postures évidemment pas crédibles puisque le corps ne suivrait pas sans se briser en mille morceaux, malaise devant l'espèce de frénésie agressive des personnages principaux possédés à leur tour mais s'en sen rendre compte...

Tourné à la façon d'un documentaire, le film assied sa crédibilité sur un site officiel mais qui est en fait, viral (tout ce qu'il y a de plus inventé à des fins de marqueting).

Je trouve que les personnages sont vraissemblables, bien que je mettrais un petit bémol pour l'actrice principale.

En fait, le vrai méchant, c'est quand même le Vatican ! Mais bon, j'dis ça, j'dis rien !

PS : Question subsidiaire : qu'ont à gagner 4 esprits démoniaques enfermés dans le corps d'une nana qui est elle-même enfermée dans un asile depuis de nombreuses années ? Hein ? Je trouve que cette simple interrogation remet en question l'histoire de base même du film.

- Shadow people

Un animateur radio reçoit l'appel d'un jeune homme qui dit être harcelé par des ombres pendant son sommeil. Le lendemain, il reçoit un colis, envoyé par le jeune homme, sensé contenir les preuves que ces ombres existent. La nuit suivante pendant son émission, le même jeune homme rappelle en précisant qu'il a une arme. Lorsqu'un coup de feu se fait entendre, la police se rend chez lui et constatent a tiré dans le mur. Il est conduit à l'hôpital où il décède la nuit même.

L'animateur bouleversé va essayer de comprendre et découvre que beaucoup de gens souffrent de ces apparitions nocturnes, alors que les morts s'additionnent comme si il y avait contamination.

Après une première scène qui voit mourir un enfant suite à l'apparition d'une ombre, on passe à une sorte de reportage dans lequel des gens parlent d'une vidéo maudite qui tuerait ceux qui la regardent (si ce n'est pas un rappel de : the ring ça ! )

Comme c'est à la mode de faire des films sous forme de documentaires, une fois encore, on n'y coupe pas. Débute l'histoire proprement dite mais entrecoupée de témoignages fictifs des différents protagonistes. Ceci dit, c'est à dose homéopathique, c'est donc largement supportable, et puis c'est sensé être tiré de faits réels.

Il est en fait un mélange de deux maux réels : le syndrome de la mort subite inattendue nocturne (qui est du à une maladie génétique, l'arythmie cardiaque)  et la paralysie du sommeil (qui serait elle un déplacement du sommeil paradoxal) et provoquerait des angoisses, des hallucinations et une pression sur la poitrine empêchant la respiration naturelle.

J'ai beaucoup aimé le film parce que je l'ai trouvé bien raconté, crédible (grâces aux témoignages), angoissant parce que toutes les ombres peuvent être potentiellement dangereuses, (les effets spéciaux deviennent presque inutiles puisque l'esprit fait tout), et la fin est d'autant plus acceptable que je la crois vraie....On peut mourir de nos croyances...

- The Conjuring

Une famille qui vient d'emménager dans une vieille maison devient la proie d'un esprit malfaisant qui veut la détruire (la famille, pas la maison ! Mais ça j'espère que vous l'aurez compris :). Un couple de chasseurs de fantômes, dont la femme est médium va leur venir en aide.

Cette fois, il s'agit d'une histoire vraie ! Pour de vrai ! Si si ! Basé sur le témoignage de cette famille, le scénario reprend les évènements dans l'ordre chronologique de leurs déroulement réels ! IL ne faut donc pas chercher l'originalité, des effets spéciaux hypers recherchés ou une fin à tiroir.

La tension monte lentement mais sûrement, tout comme la violence des interventions paranormales, puis pendant quelques longues minutes (longues parce qu'à chaque instant on se demande quel va être le prochain coup fourré de l'esprit), le calme s'installe avant le déchainement du dernier acte.

Tant que la menace n'était pas clairement définie, j'ai eu quelques montées de frissons. Ensuite, je suis redevenue simple spectatrice d'une bonne histoire de maison hantée.

SPOILER !!!

Et si j'avais pu reprocher à une fiction, cette fin où tout est bien qui fini bien, je ne peux qu'être ravie que ce soit le cas dans ce film basé sur des faits réels !

- Insidious 2

L'histoire du premier opus en quelques mots : famille --> maison neuve --> évènements paranormaux --> enfant qui ne se réveille pas --> voyage astral --> morts qui veulent prendre la place du dormeur --> médium --> papa vient me chercher --> j'arrive mon fils --> grouilles-toi j'ai peur --> je fais ce que je peux --> ouf ! Merci papa je me réveille enfin --> SPOILER --> mais où est mon père ? --> Arrrghhh !....

Comme vous pouvez le constater, ce film ne m'avait pas intéressé plus que ça. Je l'avais trouvé mou et pas flippant pour deux sous.

Mais pour le second, c'est tout autre chose.

IL débute par une parenthèse dans le temps en racontant de quelle manière le don du père a été inhibé par la médium lorsqu'il était enfant, afin de le mettre hors des griffes de l'esprit d'un mort.  Puis on revient à notre gentille famille qui est toujours envahie par les phénomènes paranormaux mais de façon bien plus agressive.

Sans spoiler, on comprend bien que le père n'est pas vraiment revenu du voyage astral dans lequel il a récupéré son fils et qu'en plus de cela, un fantôme pas très cool tape l'incruste dans la vie de la maisonnée.

Le scénario à tiroirs est captivant et m'a collé quelques frissons. L'angoisse, toile de fond du film, est insidieusement omniprésente. Deux histoires dans le film, dans l'une on participe à l'enquête de la grand-mère, dans l'autre, on est spectateur de la descente en enfer du père et à ce titre, la destruction de l'image du père, gentil et protecteur en son opposé est flippante et convaincante. La fin dans un clin d'oeil humoristique (je trouve) laisse peut-être à prévoir une suite...

A suivre donc !

- When the lights went out (2012)

Une famille qui vient d'emménager dans une maison, découvre que celle-ci est hantée.

Ce film ressemble à un film des années 80, il en a le scénario, les couleurs, les décors, la simplicité des effets spéciaux, leur rareté et aussi l'efficacité d'un film des années 80.

 IL a un petit côté intimiste, car nous sommes spectateurs du quotidien de cette famille hantée, mais sans voyeurisme malsain.

Il est sympathique dans ce rapport avec le fantôme qui sait se faire comprendre, tout en restant angoissant tout au long de l'histoire.

J'ai particulièrement apprécié de quelle manière le mal, le mauvais est vécu dans l'indifférence, comme si les personnages ne lui donnait pas prise, l'utilisait même à un moment donné pour le bien du plus grand nombre...

Cette bonne mentalité à l'intérieur d'un film de ce genre est une nouveauté, et rien que pour ça, je l'adopte à l'unanimité (en même temps, je suis seule à avoir le droit de vote alors...)

 

- Last Shift

Une jeune recrue de la police doit faire son tour de garde une nuit dans un commissariat désaffecté. Pas de bol pour elle, celui-ci est hanté par une famille de sérial killers.

Le scénario est lent mais bien amené, il est efficace sans moults effets spéciaux... Quelques bruitages qui rappellent un peu ceux de certains bons films d'horreurs asiatiques que je ne mentionne plus, quelques déplacements de mobiliers ça et là, des rappels du passé, des visites surprises... Ce film utilise les ficelles angoissantes du genre et les distillent savamment pendant une heure trente. Résultat (même si la fin est prévisible), un bon petit film d'horreur, plaisant à voir.

 

- Hidden (2015)

Une famille vit terrée sous le sol, fuyant un ennemi qu'ils appellent les disjonctés (je pense que c'est la traduction la plus logique). Ils s'en sortent plus ou moins bien, jusqu'à ce qu'un rat vienne mettre son grain de sable...

Je ne peux pas en raconter plus, ça gâcherait tout.

IL faut voir ce film !

Il est bien foutu, angoissant, déroutant, stressant à cause du tournage en huit-clos, dans un environnement sombre, claustrophobique et la fin m'a laissée pantoise. En bref...

Allez le voir ! (je l'ai déjà dis ? )

Ah bon, c'est que ça doit être vraiment

UN FILM A VOIR !!!!

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dans la série j'ai aimé

 

- American  haunting (2005)

Quel rapport peut-il exister entre une adolescente possédée dans une famille pendant les années 1800 et les cauchemars d'une autre adolescente de nos jours ?

Le film m'a emmené droit où je pensais aller : une bonne histoire de possession, bien racontée, bien filmée, avec de bons acteurs et de belles images. Mais au dernier moment, il bifurque et m'a fait retomber bêtement les deux pieds dans une bien glauque réalité, puis dans un dernier sursaut, vers une seconde réalité que je ne voyais pas du tout se profiler.

C'est vraiment bien foutu. Pour autant, je n'ai pas adoré, mais ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien.

- Evil Game (2012)

C'est un film canadien de fantômes chinois :)

Un cadre de société chinois dont l'oncle vient de mourir, se rend dans sa famille avec sa femme et son fils pour les funérailles qui se déroulent pendant le  mois des fantômes affamés", période durant laquelle le monde des morts et des vivants se rejoint. La mère et le fils ne tardent pas à se rendre compte qu'ils voient tous les deux les fantômes et qu'ils courent le danger d'être emporté par les morts. Lorsque le gamin tombe dans le coma, la mère grâce à l'aide d'un pharmacien (médium lui aussi) découvre que sa belle famille n'est pas aussi charmante qu'elle le montre et cache des secrets inavouables dans son usine. Elle doit découvrir pourquoi son fils est sous l'emprise de l'esprit avant la fin de la période des fantômes affamés ou il mourra.

L'idée n'est pas nouvelle mais fonctionne toujours aussi bien. Le rythme est plutôt lent, pas effrayant, sans beaucoup d'effets spéciaux, j'ai vraiment eu l'impression de voir un film de fantôme asiatique. A déguster tranquillement, sans se prendre la tête.

- Contracted (2013)

La courte mais dense descente aux enfers d'une jeune femme qui se transforme peu à peu en zombie après avoir forniqué avec un nécrophile...

Ou bien : voilà ce que c'est de niquer sans capote vilaine fille !

Bien que l'histoire soit vraiment tirée par les cheveux, je l'ai trouvé bien tournée et me suis facilement glissée dans la peau de cette superbe jeune fille qui, un soir de spleen, consomme des substances illicites pour finir dans les bras d'un monstre qui lui refile une mst mortelle...Glups....

Pendant trois jours les symptômes de  zombification vont s'aggraver alors que la jeune femme tente désespérément de les nier tout en continuant son train de vie habituel. Rien ne l'arrêtera dans le déni de sa maladie, pas même le meurtre. Et en prime, il y aura même un cadeau "bonux" pour son dernier amant...

Ce film lent au début, accélère au fur et à mesure que les symptômes transforment la vie de la jeune femme. Ce n'est pas surjoué, il n'y a pas d'effets spéciaux grandioses et il n'y en a pas besoin : le spectre des maladies ou de la vieillesse est là pour nous aider à nous projeter dans cette mutation extérieure et intérieure.

La scène avec son dernier amant est particulièrement atroce, je vous la conseille ! 

En fait le film est un gigantesque message publicitaire pour les moralistes de tous bords !

En gros il dit

Si vous ne voulez pas d'ennuis dans la vie :

- Ecoutez toujours votre môman

- Ne vous droguez pas

- Ne buvez pas

- Ne couchez pas avec une personne de votre sexe

- Ne couchez pas avec un partenaire tant que vous n'avez pas un état des lieux complet de sa santé

- Et même dans ce cas, sortez couverts

Bon film !

- Contrated phase II (2015)

L'histoire : l'amant qui souvenez-vous à eu droit au cadeau bonux à la fin du premier opus, va développer à son tour les symptômes du plus beau zombie de l'année. Par dénie, il va distribuer la maladie à moins 4 personnes avant de faire son méa-culpa et tenter de punir le créateur de cette horreur.

C'est une réaction des personnages à laquelle je ne crois absolument pas... Je veux dire, continuer à vivre sa vie comme si de rien n'était alors que le corps est en train de se décomposer sous ses yeux... Si j'avais des vers sous la peau, les yeux qui deviennent blancs ou si je vomissais du sang, j'irais directement me faire soigner à l'hosto, je n'achèterais pas un cutteur et des fils de suture pour m'opérer moi-même, je n'irais pas cracher dans la soupe de ceux que j'aime...

De la même façon, si je voyais n'importe qui pousser des hurlements de bête, se jeter sur moi avec les yeux injectés de sang et un visage en train de pourrir, je me sauverais séance tenante en 4ème vitesse plutôt que de lui parler et l'appeler par son petit nom...

Ceci dit, pour moi, actuellement, ce film est vraiment la représentation de l'horreur : le corps est mort alors que l'esprit lui continue de fonctionner correctement et tente de faire subsister son enveloppe envers et contre tout. Un vrai cauchemar je vous dis !!!

 

- Clown (2014)

En enfilant un costume de clown trouvé malencontreusement dans la malle d'une maison dont le propriétaire est décédé, un agent immobilier désireux de faire plaisir à son fils pour son anniversaire, va transformer sa vie en cauchemar (sa vie et celle de son entourage).

Le costume va devenir rapidement sa seconde peau, puis le posséder totalement.

J'ai trouvé l'histoire excellente et bien amenée, la transformation de cet homme simple en un démon mangeur d'enfants m'a fait frémir...(en ais-je trop dit ?)

Seul bémol, (mais existerait-il un film d'horreur sans cela), c'est la débilité des réactions de l'entourage direct du héros (en particulier sa femme)...

Ce film a frôlé la rubrique "j'ai adoré". Pourquoi frôlé ? Parce qu'à partir du moment où le clown se met en quête des ses victimes, l'intérêt (pour moi hein !) se dilue et le film redevient un film d'horreur comme les autres.

A voir !

 - 666 (2015)

Un groupe de d'jeuns (décidément, ils ne font que des conneries ces d'jeuns, alors ce qui leur arrive, c'est bien fait pour eux d'abord), font une fiesta dans un asile psychiatrique fermé depuis des années suite à un incendie. Cet asile était bien sûr le siège de tortures infligées aux malades qui y étaient enfermés.

Alors qu'ils tentent une expérience d'apesanteur sur l'un d'entre eux, celui-ci devient alors possédé. Le groupe décide de tenter un exorcisme grâce à un tuto sur le net. Exorcisme qui évidemment foire. A partir de là, les affaires se compliquent et les possédés se suivent et ne se ressemblent pas.

Un film plutôt sympa avec quelques effets comiques (le coup de l'exorcisme sur le net est excellent) avant de devenir carrément gore, ça gicle, ça saigne dans tous les sens, mais avec toujours ce je ne sais quoi qui ne se prend pas très au sérieux. Du coup, ça se laisse regarder !

- The witch (2015)

Il y a cette famille de dévots qui se fait jeter de sa communauté parce que extrémiste dans sa croyance. Le père emmène donc son petit monde (sa femme, son ainée une jeune fille adolescente, le second un jeune garçon qui marche dans les pas de son père, des jumeaux infernaux qui ont leur propre monde et un bébé), dans la charrette familiale afin de trouver un endroit éloigné pour y faire leur vie. Ils trouvent vite un emplacement ou s'installer et c'est là que les ennuis commencent. Problèmes qui vont aller en s'accumulant jusqu'au tableau final.

C'est un film qui m'a mis profondément mal à l'aise, d'une part à cause des crissements de violons qui te percent les tympans dès les premières secondes de pellicule, d'autre part à cause de l'ambiance instaurée dans la dictature d'une croyance rigide, fondée sur la culpabilité, le dénie de l'amour dans sa plus simple expression, une éducation pesante, torturée, triste qui te donne juste envie de te coller une balle dans le cabochon.

C'est un film à plusieurs lectures et je pourrais écrire trois pages dessus tant il m'a inspiré. Mais ce n'est pas là le but de ce post. Je vous laisse donc découvrir cette histoire sordide, glauque à souhait et s'il vous plais, enfermez vos cachetons dans vos placards et attendez un ou deux jours avant de le ré-ouvrir :)

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ ----------------------------------------------------------

 

Dans la série ne casse pas des briques

- Devil

-"Quand j'étais petit, ma mère me racontait comment satan parcourait le monde. Elle m'expliquait que parfois, il adoptait une forme humaine afin de punir sur terre, les damnés, avant de s'emparer de leur âme. Ceux qu'il choisissait seraient réunis et torturés par ses soins alors qu'ils se dissimulait parmis eux comme s'il était l'un des leurs. J'avais toujours cru que c'était des histoires de bonne-femme...."

Avec une phrase d'intro pareille, on n'a pas le droit de se planter, on n'a pas le droit de faire du banal ou du déjà vu...

En plein dedans ! 

C'est la déception qui me pousse à mettre ce film dans la section "ne casse pas des briques". Et ce sera aussi le mot de fin de ma critique....Déception....

- The door

Le film se passe en Inde et raconte l'histoire d'une jeune femme qui va foutre un bordel monstre dans sa famille, en voulant à tout prix revoir son fils décédé suite à un accident de voiture.  L'idée lumineuse de parler à son fils derrière la porte de la mort, lui vient de la gouvernante de la maison, qui ne trouve pas mieux que de la laisser partir seule faire cette expérience extrême avec pour seule consigne : n'ouvrez pas la porte !!!!

On connaît fatalement la suite :)

Cela résume d'ailleurs très bien ce film sans surprise. Il se laisse pourtant regarder, il contient de bonnes idées, de belles images. 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans la série j'ai trouvé ça naze/plutôt nase/complètement naze

 

- Appartement 1303 (version américaine reprise de la version japonaise).

Il s'agit, comme le titre l'annonce si bien, d'un appartement hanté par une jeune fille qui a la fâcheuse manie de défenestrer les humains de sexe féminin qui s'installe "chez elle". La soeur de la dernière victime enquête.

Le film japonais ne m'avait déjà pas plus, mais je l'avais trouvé plus intéressant et bien mieux joué que cette version américaine inepte.

Pour toute critique, je vous dirais que mon ordinateur lui-même a préféré s'auto-détruire plutôt que de continuer à  projeter cette daube.

Sniff....Plus d'ordi.....

Merci le film ! 

 

- Hangar 10 (2014) ou le film qui fait vomir

ATTENTION !  Ne mangez pas avant de visionner ce found footage si vous avez l'estomac fragile (à moins que vous soyez boulimique/anorexique).

Je vous rassure, ce n'est pas l'horreur du film qui m'a précipité vers la cuvette des toilettes, mais l'utilisation abusive de la caméra à l'épaule :(

J'avais l'impression de me trouver en mer pendant une tempête ! Rien que d'en reparler, ça me file la nausée !

L'histoire : Trois jeunes partent en forêt (oh là là, quelle surprise !), sur une base militaire (continuons dans l'originalité), pour chercher un trésor hypothétique à l'aide de détecteurs de métaux.  Ils tombent sur....devinez quoi ? Des extra-terrestres bien évidemment !

A priori, les ET, à part le fait qu'ils soient contagieux, ne sont pas vraiment méchants, il y a pas mal d'humains morts, mais on ne sait pas de quoi,  et puis ce sont des militaires, alors on s'en fou un peu :) Non je déconne hein ! J'aime bien les militaires moi, surtout quand ils sont en tenue :b

Inutile de s'attarder sur le scénario plutôt incohérent et qui va en s'émiettant au fils des minutes.

Y a des trucs sympas, le coup des lumières, les cris dans la forêt...Et puis c'est tout !

La seule chose que j'ai gagné en le zieutant, c'est un second petit déj !

 

- Les dossiers secrets du Vatican (2015)

Je manque de mots pour dire à quel point ce film est pourri...

Mal joué, scénario sans queue ni tête, dialogues vous avez dit dialogue ?... Une suite d'exorcismes longs et pas crédibles (le dernier est risible tant le contorsionniste embauché pour l'occasion est ridicule).

J'ai du mal à croire que ce film soit sorti au ciné. Je ne comprend pas comment une telle daube peut se faire appeler un film.

Si pénible depuis les premières minutes, j'ai failli éteindre mon ordinateur au moins 15 fois. Mais la curiosité a été la plus forte, je voulais voir où l'auteur allait m'emmener... Nulle part en fait... J'ai subi pour rien :(

Le titre est juste un leurre pour attirer les poissons, on doit y citer trois fois le mot Vatican, on ne voit pas la moindre trace d'un dossier, on se contente juste de suivre un curé dans sa tournée d'exorcisme après une brève et débile incursion dans une messe satanique.

Ce film exploite le créneau d'une sorte de voyeurisme malsain à travers des scènes tournées façon documentaire réel avec des acteurs qui visiblement n'en sont pas, mais à aucun moment il n'est crédible et  j'espère qu'il ne trouvera pas son public...

 



20/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres