BuZZlaliFe

Humour...Noir


La "beauf attitude"

 

Malgré leur nombre croissant, n'est pas beauf qui veut...
C'est toute une éducation imbécile, plus un esprit complètement obtu qui est nécessaire pour faire partie de la vague qui surfe actuellement sur le monde du "non tiers". 
Si à une certaine époque cette mouvance était surtout réservée aux hommes, ces dernières années, avec l'apparition de l'idolâtrerie médiatique, les femmes ont relevé le défi et viennent de plus en plus nombreuse se mettre au rang de leurs compères guillerets.
Voici en quelques mots, mon idée de la beaufitude.
Comptez vos points et voyez si vous en êtes un ou en passe de le devenir.

J'aime le sport, surtout le regarder
Je joue au foot à la troisième mi temps
Quand je parle aux oreilles des chevaux...c'est à ceux sur lesquels j'ai parié
J'aime pas le rugby y a pas des vrais mecs

J'aime bien la télé, surtout les matchs et les programmes de variétés
Les films porno et la tv-réalité
J'aime pas les documentaires quels qu'ils soient
Et je veux pas que mes enfants regardent ça

J'ai pas envie d'évoluer
J'ai pas envie de chercher midi à quatorze heure qui je suis
Ou d'où je viens
Du ventre de ma mère, ça me suffit bien !

J'aime picoler et me mettre à poil en fin de soirée
J'aime être bourré jusqu'à tomber et le lendemain me relever
J'aime me battre, sur ma femme et mes enfants j'aime me défouler
Dans mes vices, tout l'argent du ménage j'aime dépenser

Je me lave pas les mains en sortant des toilettes
A quoi ça sert ? L'est pas sale ma quéquette !
Et puis finalement je me dis
C'est pas mon corps mon ennemi !

Avec mes potes de tournée
On est uni jusqu'à la prochaine
Avec mes potes de tournante
On est solidaire jusque dans les MST

Côté sexuel je suis une bête !
La preuve, ma femme dit toujours : non , non !
Tout le monde sait qu'en fait
Ca veut dire : continue c'est bon !

Avec mes potes Hooligans on défonce tout ce qui bouge
Dès qu'on nous contredit on voit rouge
Incontrôlable, ingérable, je suis un esprit rebelle
Liberté est ma ritournelle

Je suis un vrai fan, je vis à travers mes héros
Ils sont mes modèles, j'en suis accroc
Partout je les poursuis, ils sont à moi
Normal, si j'étais pas là, ils n'existeraient pas

J'aime pas penser
J'aime pas tout ce qui est différent
J'aime pas tout ce qu'est pas d'accord avec moi
J'aime personne d'autre que moi

J'ai pas envie de réfléchir, ça me rendrait triste
Triste de pas comprendre pourquoi
J'arrive pas à réfléchir ni à comprendre
Compliqué je suis, pour me trouver suivez la piste !

Quand je veux, je peux !
Sauf que je veux pas !
Et personne ne m'obligera
A aller contre ce en quoi je crois

Je suis un beauf, et je suis fier de l'être

 




06/06/2012
0 Poster un commentaire

Délicatessssssssssssssen

Petit témoignage du jour

 

Je vous parlais des poufs il y a quelques temps pour vous raconter tout le bien que je pensais d'elles.

Mais celle que j'ai croisé ce matin a provoqué en moi une telle réaction allergène que c'est toute recouverte de pustules que je vous écris ces lignes.

Assise dans le bus, soigneusement maquillée et apprêtée,  elle paraissait sortir tout droit d'une page de magazine. 

Vêtue dans un style branché/décontracté/classe tout en même temps, elle était drappée d'une droiture si farouche qu'on aurait pu croire qu'elle s'était assise sur  un balai.

Son visage lisse d'émotion (pour éviter les rides), fardé à outrance (pour dissimuler tout ce qui aurait pû la différencier d'une poupée de porcelaine) ajouté à  sa froideur apparente, ont fait remonter en moi l'instinct de voyelle (féminin de voyou) qui sommeillait et je m'imaginais volontiers lui crêpant le chignon à seule fin de la faire redescendre de son podium virtuel.

Mademoiselle mangeait dans le bus...Oh je vous rassure ! Elle ne mangeait pas vraiment , c'était à peine un grignotage. Elle  lapait une petite chose alimentaire dont on ne devinait même pas ce que c'était. Elle chipotait comme si chacun des minuscules morceaux de ce qu'elle ingérait avait la taille XXL. Avec une lenteur mesurée, elle portait à sa bouche entrouverte de petits bouts de cet aliment secret , tout en évitant soigneusement de regarder autour d'elle, comme si cet acte (relativement bénin pour la majorité d'entre nous) était tiré d'une scène de film X. Et dans le même temps, consciente d'être la cible des regards, elle jouait son rôle avec un soin minutieux, posant pour un éventuel photographe qui viendrait à passer par hasard dans notre banlieue zone.

Une fois terminé son festin, elle remit délicatement à sa place une mèche presque rebelle et  se tourna résolument vers la vitre, bien décidée à nous mettre dans le vent jusqu'à la fin du trajet, nous offrant comme rideau final de son show son profil "cléopâtrin".

Dommage qu'elle n'ait pas ouvert la bouche, j'aurais aimé savoir si cette délicate apparence allait plus loin que ses cordes vocales.

Je ne le saurais peut-être jamais...

Mais si par hasard vous la rencontrez elle ou une de ses congénères de porcelaine, merci de me transmettre cette info afin que je puisse combler cette lacune dans mon dictionnaire de poufs.

valeria11.jpg

 

photo trouvée sur le site :


les blablas de l'espace


15/04/2012
0 Poster un commentaire

Bien heureuses les poufs, le paradis artificiel leur appartient

Les générations se suivent et se ressemblent.

Les peurs et questionnements de mes grands parents sont les mêmes que les miens aujourd'hui quant au devenir de cette jeunesse "immature, insouciante et irrespectueuse" qui s'étale là, sous mes yeux ébahis de vieille ayant des principes. 

Avant c'était moi, la jeune nanar sans peur et sans haine (peace), la révoltée, la fumiste...

A mon tour de condamner avec la même inquiétude  que celle de mes aïeux, l'arrivée de cette nouvelle mentalité  des filles  d'aujourd'hui "la pouf attitude".

Et si les garçons ne sont pour l'instant pas vraiment touchés, cela ne saurait tarder.  Malgré  un machisme  récurrent, l'on voit déjà se profiler des "métros sexuels" et  autres mouvances  pour les hommes dédiées à la dictature de la beauté.

 

Beaucoup, (beaucoup trop)  de nos jeunes filles sont persuadées qu'aujourd'hui, une belle apparence physique est un sésame qui leur ouvrira toutes les portes d'une vie de rêve (amour, gloire et beauté).

D'où ont-elles tirées cette leçon de vie si particulière ?  

On se le demande !

De plus en plus de jeunes filles en fleurs  (surtout lorsqu'elles ont pour complices des mamans qui ont trop regardé ces maudits feuilletons télé), ne vivent qu'à travers leurs vêtements ,  passent un temps conséquent devant le miroir/beau miroir à se mirer sous toutes les coutures, à se maquiller, se coiffer, s'épiler...

Jusqu'auboutistes, elles soignent aussi leurs accessoires, conjuguent les couleurs avec plus ou moins de bonheur, s'arrosent copieusement du dernier parfum sorti, et n'ont pas peur de dépenser l'argent qu'elles ne possèdent pas pour satisfaire à leur besoin d'être "en apparence".

Rien d'autre n'a d'importance !

Malgré leur intelligence,  leur ingéniosité (obtenir un maximum d'acquisitions avec un minimum d'investissement), leur capacité à s'adapter (la mode change tout le temps), leur mémoire impressionnante (en matière de vie des stars), leur débrouillardise (elles vous fabriquent une tenue CK avec un bout de rideau), leurs aptitudes physique (il en faut pour survivre aux soldes où  à un concert après 10 heures d'attente dans le froid et la pluie), elles n'ont cure de la culture autre que celle de leurs idoles, ont renoncé une fois pour toute à leur sens critique (sauf pour la tenue vestimentaire de leurs voisines), mais oublient  trop vite que lorsqu'elles ouvrent la bouche il n'en jaillit que des vulgarités.

Il n'en faut pas plus pour casser le mythe...

 

Lorsqu'elles sont en âge de travailler, on les retrouve  généralement dans le commerce (on ne peut pas passer tout son temps à se noyer dans son reflet, à se renseigner sur les derniers potins de la starac, à courir après les hommes et suivre des cours à la fac en même temps, dommage ! ).

Les moins douées deviennent vendeuses de poissons (la plupart en ont déjà le langage des crieuses d'antan), les autres (après avoir pris des cours de dictions) seront coiffeuses, ou serveuses,  et les plus douées quant à elles deviendront esthéticiennes ou stars du porno.

Sacré destin !

 

Persuadées d'avoir réussi leurs vies si elles maintiennent leur poids en dessous de 45 kilos, elles peuvent survivre pendant huit jours avec une carotte et un verre d'eau, traverser le désert sans chameau ou courir le marathon sans aucune préparation. 

Elles peuvent aussi résister à des températures négatives en petites tenues tant  elles refusent de porter des vêtements  d'hivers qui les boudinent ou les grossissent.

Leurs soins de visage n'est pas en option, mais doit rester symbole de perfection du sourcil au menton. Lisse, bronzé,  fardé, poudré, coloré, il est un masque derrière lequel leurs yeux épient le moindre signe de vérité qu'il laisserait échapper.

L'émotion est contre-beauté...

Leurs corps est un temple.  Chaque centimètre carré est vérifié, validé, certifié conforme. Chaque bouton, chaque imperfection est comptabilisée, analysée et gommée.

Le moindre détail compte afin de mettre en valeur les formes informes de cette oeuvre d'art  affamé :  tatouages, piercing, sous vêtements...

C'est une quête difficile que l'idéal féminin.

Elles veulent bien avoir des enfants, mais quand elles seront vieilles et laides (vers 30 ans).

Leur mec (un type tout ce qu'il y a d'ordinaire) n'est là que pour combler le vide en attendant que le vrai prince charmant au volant de sa porche, ne vienne les attendre au tournant. 

Et si pour certaines le héros aux dents blanches  façon "émail diamant" se trouve n'être qu'un mauvais garçon  façon mac, elles deviendront alors à la fois stars du trottoir et reines du soir. Avec un peu de chance, elles écriront un bouquin qui deviendra un best-seller et les propulsera sur le devant de la scène...

Ces petites bêtes là ne s'avouent jamais vaincues.


Leur point fort est un  manque total d'altruisme (pardon mais c'est trop bon !), de sentiment de culpabilité (à part si elles  ont trop mangé), de notion de collectivité (sauf si il est question d'être admiré), mais une compétitivité exacerbée (pour être le winner des émissions de variétés). 

Il me vient à l'esprit en écrivant ces lignes, que finalement, ces poufs sont de vraies armes prêtes à survivre à une troisième guerre mondiale.

 

Les générations s'intimident les unes les autres, s'entrechoquent, s'aiment et se détestent, s'impressionnent aussi...

Il suffit juste de les connaître un peu mieux....

fin-du-monde.jpg

 

Image trouvée sur le site :

Forum génral de AlloCiné

 


14/04/2012
0 Poster un commentaire