BuZZlaliFe

Où sont les hommes ?

Depuis plusieurs années je sentais que quelque chose d'indéfinissable disparaissait de l' environnement général, mais n'arrivais pas à mettre un nom sur cette érosion mystérieuse.

Je voyais bien que la société de consommation était en train de modifier notre comportement social (ou bien est-ce le contraire ?) et comme chaque vieux de la génération précédente, je rabâchais aux enfants à quel point le monde était mieux avant.

Comme la glace fond par en dessous,  le changement était lent, mais il avait bel et bien lieu…

Je voyais les pans d'une croyance en des principes et des codes d'honneur s'effriter peu à peu pour laisser place au : chacun pour soi et dieu pour personne. 

Je me navrais de constater que les jeunes, éduqués dans cette vision du monde, devenaient d'un égoïsme, voire d'un égocentrisme maladif.

Cependant,  il manquait à ce tableau horrifique, une matière première grâce à laquelle, tout cette monstruosité était possible.

Mon malaise s'accentuait et la vie continuant, je me retrouvais célibataire,  donc encore plus fragile et démunie. qu'auparavant.

Et puis un jour (il n’y a pas très longtemps en fait), je vais au ciné voir le superbe film : Bilbon le Hobbit et je tombe sous le charme de la Compagnie (formée par les nains, le magicien et Bilbon) et alors j'ai compris ce qu'il me manquait...

Il s’agit évidemment d’une fiction me direz-vous, mais la vue de ces hommes courageux, loyaux, se jetant à corps perdu dans cette quête impossible, vers une mort quasi-certaine, la gaieté au cœur, des chants de nostalgie au bord des lèvres, affrontant leurs peurs les plus profondes pour le bien de leurs frères, la vue de ces hommes à la virilité si prononcée m’a plongée dans une déprime sans nom.

Je me suis projetée sans peine au milieu de cette assemblée qui partait affronter mille dangers, portée par cette confiance totale qui unissait ses membres, par cette fidélité sans faille, ce dévouement mutuel.

Le retour sur terre fut plutôt difficile, car cette virilité (je parle en termes de qualités morales telles que je viens de les énoncer ci-dessus) n’est plus disponible chez la plupart de nos hommes civilisés.

Nous les avons si bien éduqués, nous avons tellement insisté pour qu’ils assument leur côté féminin que nous en avons fait des petites choses fragiles qui n’ont de dominants que le nom.

Ils sont devenus sensibles, précieux, prennent soin d’elles…heu pardon…d’eux, comme si leur apparence était devenue leur principale préoccupation.

A ce titre, ils passent des heures en salle de gym pour se fabriquer des muscles qui ne leur serviront jamais à défendre une personne en danger, mais plutôt à courir pour fuir le danger, s’épilent le corps entier pour être plus doux au toucher, s’écrèment pour hydrater leur peau de bébé, se parfument abondamment pour le plaisir de se sentir eux-mêmes, ne s’habillent qu’avec des vêtements qui mettent en valeur leurs formes d’éphèbes, et ne portent jamais de bagage plus lourd que leur ordinateur portable pour ne pas se faire mal au dos.

Leur virilité à eux s’exprime uniquement dans une chambre d’hôtel avec un(e) partenaire.

Si vous leur parlez de quête, d’honneur, de loyauté, de solidarité, ils vous répondront politique, économie, pouvoir, coucherie.

La galanterie n’existe plus que dans le dictionnaire, la protection du foyer est assumée par la femme, le spirituel est devenu un gros mot, l’essentiel une supercherie, le naturel une désuétude.

La seule chose qui les dépasse, c’est ce qu’ils trouveront ce soir dans leurs assiettes.

Par contre, ils ont un caractères de chiottes, ne supportent pas qu'on les critique, qu'on les remette en question, utilisent la force contre les plus faibles, la drogue pour oublier la vie, attaquent pour mieux se défendre, fuient en toutes occasions, n'assument plus rien que leurs 8/15 heures de travail  par jour et leur insatiable amour d'eux-même.

Je n’ai jamais demandé l’égalité des sexes moi !

Je veux me sentir en sécurité physique et morale.

Je veux un homme qui croit en quelque chose au-dessus de lui, qui ne soit pas centré sur son ego.

Un homme qui n'ait pas peur d'affronter qui que ce soit ou quoi que ce soit lorsqu'il s'agit de défendre la veuve ou l'orphelin.

Un homme qui se conduise avec sagesse quand il le faut et avec ardeur quand c'est nécessaire et la sensibilité pour faire la différence.

Un homme qui ne fuit pas dans la drogue ou le travail, mais qui ait pour principe de faire face à toutes les situations avec tout son coeur, toute sa bravoure.

Un homme sans peur ni reproche, fier et droit, avec l'orgueil d'un guerrier et la douceur de l'amant aimant.

Bref, j'en veux un comme dans le film moi.

C pô juste....

 

 



06/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres